Alors que la Fifa était restée sans aucune réaction face à la vague d'indignation mondiale provoquée par ces deux erreurs, Sepp Blatter a réuni des journalistes mardi pour livrer ses premiers commentaires. Il a présenté ses excuses à l'Angleterre et au Mexique, les deux équipes victimes de ces incidents et éliminées. Puis il a affirmé que la question de l'arbitrage vidéo serait de nouveau évoquée par la Fifa dès juillet.

"J'ai exprimé mes excuses aux deux délégations directement concernées. Je comprends qu'ils ne soient pas contents. Les Anglais m'ont dit merci, les Mexicains ont baissé la tête", a déclaré le patron du football mondial. "Il est évident qu'après ce que nous venons de vivre, ce serait ridicule de ne pas rouvrir le dossier de l'aide par la technologie en juillet à Cardiff", lors de la prochaine réunion de la Fifa les 21 et 22, a-t-il ajouté, estimant notamment que la technologie devrait être débattue pour la question du franchissement de la ligne de but.

Un but valable avait été refusé à l'Anglais Lampard, la balle ayant rebondi derrière la ligne de but avant de ressortir. Et un but en position très nette de hors-jeu avait été accordé aux Argentins contre le Mexique. Dans les deux cas, un premier ralenti avait immédiatement permis au monde entier, à l'exception des arbitres, de s'apercevoir des erreurs.