TOTTENHAM (Ang)3 CLUB BRUGES1

Tottenham : Robinson, Chimbonda, Dawson, King, Assou-Ekotto, Lennon (79e Mido), Zokora, Keane, Ghaly, Jenas, Berbatov (79e Murphy).

Club Bruges : Stijnen, Priske, Maertens (79e Vandelannoite), Clement, Gvozdenovic, Englebert, Vermant, Blondel, Yulu-Matondo, Balaban (90e + 2 Ishiaku), Salou.

Arbitre : M. Undiano (Esp).

Avertissements : Yulu-Matondo.

Les buts : 14e Salou (0-1), 17e Berbatov (1-1), 63e Keane (2-1), 73e Berbatov (3-1).

Le Club Bruges a mené contre Tottenham. Puis il a résisté pendant 45 minutes avant de céder à deux reprises quand il avait fait mine d'équilibrer les échanges. Il reste en lutte pour la qualification mais ne pourra, sans doute, plus rien céder dans ses deux dernières rencontres.

La nature reprend parfois ses droits, même en Coupe d'Europe. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Koen Daerden avait regagné la Belgique pour assister à l'accouchement de son épouse, qui lui a donné des jumeaux. Emilio Ferrera avait ainsi été contraint de remodeler son équipe de départ : Englebert avait glissé à gauche, Yulu-Matondo avait reculé d'un échelon et Salou avait été titularisé. À Tottenham, Zokora avait repris sa place dans l'entrejeu, et Keane évoluait en pointe.

La philosophie du Club n'avait pas varié : surtout ne pas subir les déferlantes d'une équipe locale survoltée dès le coup d'envoi. Lennon et Keane sur l'aile gauche, Chimbonda à droite initiaient les offensives anglaises. Bruges ne se laissa pas asphyxier : il fit beaucoup mieux. À la 13e minute, dans l'axe et en pivot, Salou justifia sa titularisation en décochant un envoi qui fît mouche (0-1). La riposte fusa trois minutes plus tard : exploitant le travail de Lennon, Berbatov trouva l'ouverture dans une défense qui ne s'était pas refermée (1-1).

À la demi-heure, grâce notamment à Clement qui régnait en patron dans la ligne arrière, Bruges avait paré au plus pressé face aux infiltrations anglaises qui étaient tranchantes. A la 28e minute Ghaly aurait dû marquer mais son envoi fut trop enlevé. À la 35e, le tir de Ghaly ricocha sur l'extérieur du montant de Stijnen. Le Club Bruges avait réagi également même s'il apparaissait souvent plus friable sur ses flancs.

À l'heure de jeu, un Club solidaire, discipliné et actif avait plié quelques fois mais il n'avait pas cédé. Quand un défenseur était surpris, un partenaire réparait la bévue. en dernier ressort, Stijnen sauvait son but. Mais les Brugeois ne s'attardaient jamais dans leur camp, même s'ils n'étoffaient plus leurs répliques. A la 63e, Keane s'engouffra par la droite et crucifia Stijnen d'un tir croisé (2-1).

Il n'y avait pas de match retour : Bruges allait devoir prendre des risques. La rencontre s'était équilibrée quand à la 73e, sur un centre de Keane, Berbatov profita d'un mauvais timing de Maertens, blessé aux adducteurs, pour tromper Stijnen d'une reprise de la tête (3-1).

Cette fois, c'était bel et bien fini.

© La Libre Belgique 2006