© BELGA

Football

Eupen est débouté

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

Disputera-t-on bien les playoffs ce week-end ? On l’ignore encore. Tout dépendra de la décision qu’arrêtera, ce matin à 10 h à Eupen, le juge Lennertz. Hier soir, le Comité sportif de l’Union a rejeté la plainte introduite par Eupen, qui contestait la qualification d’un joueur pour le match Lierse - Malines du 15 dernier.

Dans les attendus, il est stipulé qu’"il n’est pas requis dans le règlement fédéral qu’un joueur ait été titulaire d’une licence lors du match initialement programmé pour pouvoir être régulièrement qualifié lors du match remis. Que, dès lors, l’absence de licence dans le chef de Jason Adesanya lors de la rencontre du 4 décembre 2010 est sans incidence sur la régularité de sa qualification le 15 février 2011".

Ce verdict n’est pas sans appel. Dès l’annonce de la sentence, la délégation eupenoise s’est esquivée presque sans prononcer un mot.

"Il est fort possible que nous interjetions appel, avait affirmé Manfred Theissen. Celui-ci, en principe, est suspensif." "Rien n’empêchera la suite du championnat de se dérouler normalement", a toutefois signifié Jacques De Ketelaere, le président du Comité sportif.

Alors, on joue ?

Ce n’est pas encore certain. Seul le juge du tribunal de première instance d’Eupen a la main.

Plusieurs possibilités lui sont ménagées : il peut différer les playoffs 1, retarder les playoffs 2 et les playoffs 3.

Il avait suggéré aux parties concernées par un litige à plusieurs volets de s’accorder, jeudi, sur un compromis qui, en réunissant Eupen, le Lierse et l’Union belge, aurait permis la tenue de la première journée des playoffs.

L’Union belge l’a refusé. "Nous prenons acte et nous attendons le jugement que le juge Lennertz prononcera ce matin", a annoncé l’avocat eupenois Me Lenz.

Si le Standard est bien confirmé dans les playoffs 1, il subsiste une grosse menace sur la tenue de la première journée des playoffs : la date du match Charleroi - Cercle Bruges, qui s’est disputé bien après la trentième journée du championnat.

"C’est ce point-là qui suscite le plus d’inquiétudes à la fédération", nous a chuchoté une source bien introduite. Les playsoffs 2 et 3 seront-ils différés ?

Hier donc, on a vécu un nouveau chapitre surréaliste. Les plaidoiries devant le Comité sportif des quatre parties concernées - le Lierse, Eupen, le Standard et Malines - ont débuté à 18h30. Elles ont duré septante-cinq minutes.

Jacques De Ketelaere, le président, a d’abord acté le refus des clubs de se soumettre, après leurs exposés et la délibération, à une décision en arbitrage.

Celle-ci aurait été rapide et aurait interdit tout appel ultérieur possible. Un seul recours eût été permis, devant la cour d’appel, pour "manquement en droit". Ceci étant posé, les parties ont développé leurs arguments et ont fait état d’interprétations différentes du point de règlement 1020.

Le parquet fédéral a conclu que le joueur Jason Adesanya, dont Eupen contestait la légitimité de la présence sur le banc lors du match Lierse - Malines du 25 février dernier, était dûment qualifié pour participer à cette rencontre.

Pierre François, au nom du Standard, a argumenté dans le sens du Lierse : "Je trouve la démonstration du Lierse très claire. Ce qui a préoccupé les auteurs du règlement, c’est la certitude qu’un joueur inconnu a bien signé un contrat. Si on exige la licence, c’est pour que toutes les conditions d’affiliation puissent être réunies."

La suite au prochain chapitre.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous