"Il y a un an et demi, nous sommes arrivés avec un projet un peu fou", confie le manager et relais en Belgique des investisseurs italiens, David Lasaracina. "Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a réussi !"

Pour y parvenir, l’Alliance s’est quelque peu révolutionnée en interne pour présenter une autre méthode de travail et une approche plus "pro". "Antonio Imborgia a, d’emblée, imposé une plus grande professionnalisation au sein du club. La mise en place d’un staff, une organisation et une gestion plus adaptée ont permis à ce club de grandir. Sans lui, Eupen n’y serait jamais arrivé."

Le plus gros du travail va commencer au niveau sportif en confectionnant un groupe qui tiendra la route. "Les choses seront faites, il n’y a pas de doute mais profitons d’abord de l’instant présent, qui est extraordinaire. Mais ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas attendu d’être promus pour visionner des renforts potentiels. Il y a bien trois mois que la prospection a débuté. Il faudra amener de la qualité, c’est certain, mais pas uniquement au sein du noyau. Tout le club devra passer un palier, se structurer davantage à tous niveaux."

Grâce à de leurs relations sur le marché international, des joueurs étrangers, appartenant à des grands clubs (AC, Inter, Udinese, Fiorentina ), sont venus renforcer le groupe eupenois. Ensuite, des changements dans l’approche sportive se sont opérés : un stage de début de saison durant trois semaines, un staff à 100 % professionnel ainsi que le noyau de joueurs, des mises au vert la veille de rencontres importantes.

Enfin, le changement le plus conséquent tient à l’augmentation d’un budget qui tournait autour du million d’euros et qui est passé à plus de deux cette saison. Sans oublier qu’"humainement, c’est une expérience fantastique qui nous procure un plaisir qui est difficilement quantifiable."