Harry Kane l'impressionnante nouvelle pépite de Tottenham, a marqué après seulement 80 secondes sur le terrain. Découvrez les résultats de la soirée.



Groupe E


L'Angleterre facile

L'Angleterre a continué son carton plein en décrochant vendredi contre la Lituanie (4-0) sa 5e victoire en cinq matches dans le groupe E des éliminatoires de l'Euro-2016 dont elle conserve logiquement la tête.

Avec 15 points et seulement un but encaissé, les Anglais comptent toujours six unités de mieux que leurs poursuivants suisses et estoniens.

Depuis son Mondial catastrophique, l'équipe de Roy Hodgson en est même à sept victoires de rang avant de disputer mardi contre l'Italie son plus gros test jusque-là pour lui permettre de jauger ses nouvelles aptitudes.

A Wembley, comme on ne change pas une équipe qui gagne, le sélectionneur avait refusé d'entendre l'appel du peuple et Kane, comparé à Shearer, a attendu la 71e minute pour faire ses débuts internationaux.

Moins de 80 secondes plus tard, l'impressionnante nouvelle pépite de Tottenham avait ouvert son compteur et inscrit son 30e but cette saison d'une tête piquée au second poteau (73). De quoi donner raison à ceux qui lui prédise le même avenir que l'ancienne icône de Newcastle.

Préféré au Spur, Welbeck avait auparavant rendu sa confiance à son entraîneur en étant à l'origine du 1er but, signé Rooney (6), avant d'inscrire lui-même le second (45).

Le néo-Gunner a frappé déjà six fois en éliminatoires tandis que le capitaine mancunien, désormais à deux unités du record de 49 buts de Bobby Charlton, a lui trouvé l'ouverture lors des cinq derniers matches avec six réalisations.

Avec un peu plus d'application face à la 94e nation mondiale, les deux hommes auraient pu encore plus améliorer leurs stats.

Rooney a néanmoins agrémenté les siennes d'une passe décisive pour Sterling à la reprise (58).


Alors que l'attaque anglaise s'est parfois montrée conquérante, sa défense, avec Jones notamment, a parfois fait encore preuve de lourdeur.

La Lituanie, qui concède son 3e revers d'affilée à ce niveau n'a toutefois pas su en profiter, notamment en 1re période.


La Suisse conserve ses chances

La Suisse, dans l'obligation de l'emporter pour conserver ses chances de qualification, a battu sans trembler (3-0) une pâle équipe d'Estonie, vendredi à Lucerne en qualifications de l'Euro-2016.

Battue d'entrée à domicile par l'Angleterre (0-2), plus que jamais leader du groupe E après son succès face à la Lituanie (4-0), la sélection suisse a été secouée cette semaine par les mouvements d'humeur de plusieurs joueurs non retenus, dont le milieu de Schalke 04, Tranquillo Barnetta.

Mis en difficulté, le sélectionneur Vladimir Petkovic pourra avancer que le résultat convaincant obtenu face à l'Estonie, dans un match à sens unique, lui donne raison dans ses choix.

Grâce aux deux joueurs du FC Bâle, Schär d'abord (17e, de la tête) puis Xhaka (27e, tir de 20 mètres), les Helvètes se sont vite mis à l'abri, menant logiquement à la pause (2-0).


Bien servi par le maître à jouer Shaqiri, Schär inscrivait là son 5e but en 11 sélections, une performance pour un défenseur qui détient le meilleur ratio des joueurs suisses sur le terrain et fait mieux que le milieu de terrain de l'Inter Milan (15 buts en 43 matches) ou l'attaquant Seferovic.

C'est du reste ce dernier, attaquant de l'Eintracht Francfort, qui donnait à la 80e minute un avantage plus conséquent (3-0) au 8e de finaliste du dernier Mondial.

Pour son prochain match des éliminatoires, la Suisse rendra visite le 14 juin à la Lituanie avant de recevoir la Slovénie.

Enfin, dans le dernier match du groupe, la Slovénie a atomisé Saint-Marin (6-0) .


Groupe C


Le minimum pour la Roja

L'Espagne, double championne d'Europe en titre en quête de certitudes après un Mondial-2014 très décevant, a battu l'Ukraine 1-0 vendredi à Séville pour rester à trois points du leader du groupe C des qualifications à l'Euro-2016, la Slovaquie.

Battue pour la première fois depuis huit ans en qualifications en octobre, justement en Slovaquie (2-1), l'Espagne, avec Casillas dans les buts et le jeune Alvaro Morata à la pointe de l'attaque en remplacement de Diego Costa, forfait sur blessures, a mis près d'une demi-heure pour trouver une faille dans une défense très regroupée de l'Ukraine.

Et c'est Morata qui a ouvert la marque à la 28e minute, à la réception d'un bon ballon de Koke. Résistant à un défenseur qui le presse de près, l'attaquant de la Juventus à trompé le gardien, sorti à sa rencontre, d'un ballon piqué.

Sur leur lancée, les hommes de Vicente Del Bosque ont eu deux autres occasions d'aggraver la marque: but refusé pour hors jeu de Juanfran, transversale de Sergio Ramos.

Au retour des vestiaires, les Ukrainiens, qui se sont créés deux occasions par Fedetskiy (19e) et Konoplyanka (27e), sont passés tout près de l'égalisation. Un coup franc des 25 m de Rotan a permis à Casillas d'effectuer une belle parade (51e).

Nouvelle occasion ukrainienne à la 66e: un centre en retrait de Kravets a été repris du gauche par Rotan, Casillas repoussant le ballon des deux poings.

La Roja, qui a perdu un peu de sa maîtrise de la première période, a perdu Jordi Alba, touché à l'aine et remplacé par Juan Bernat (79e). Un rapide une-deux entre Isco et Cazorla a permis au second de frapper au but, mais son tir puissant a été sorti en corner par le gardien ukrainien (87e).

La Slovaquie en tête

La course-poursuite entre l'Espagne, qui a gagné sans convaincre, et la Slovaquie, victorieuse du Luxembourg 3-0 , se poursuivra le 14 juin avec un déplacement des doubles champions d'Europe au Belarus et la réception de la Macédoine pour les leaders slovaques dans ce groupe C.

Dans l'autre rencontre du groupe, le Belarus l'a emporté sur le terrain de la Macédoine (2-1).