L'Angleterre, au terme d'un match en Suisse chez son plus rude adversaire dans le groupe E, a parfaitement lancé ses éliminatoires de l'Euro-2016 en ramenant lundi une précieuse victoire (2-0) grâce au doublé du joker Danny Welbeck.


Autriche-Suède: un nul pour la 100e d'Ibrahimovic

La Suède de Zlatan Ibrahimovic a bien lancé sa campagne de qualification à l'Euro-2016 en allant chercher le nul (1-1) contre un de ses deux principaux rivaux, l'Autriche, lundi à Vienne.

L'attaquant du Paris SG, 32 ans, fêtait là sa 100e sélection, quatre jours après avoir battu le record de buts en équipe nationale, avec 50 réalisations.

Si les Autrichiens voulaient lui faire passer une soirée difficile grâce à un "plan anti-Zlatan", ils peuvent considérer qu'il a fonctionné.

Tout avait parfaitement commencé pour eux. En taclant dans la surface pour contrer un centre d'Alaba, Larsson touchait le ballon de la main. Sévère, l'arbitre jugeait le geste irrégulier et Alaba lui-même transformait le penalty (7e), déjà son septième but en sélection à 22 ans.

En cinq minutes la Suède égalisait. Zengin contrôlait de la poitrine dans le sens inverse du jeu puis se retournait pour fusiller le gardien (1-1). Il était tout près de récidiver deux minutes plus tard, avec une autre grosse frappe qui heurtait la barre.

Ce joueur de 29 ans, qui a peu eu sa chance en équipe nationale (7 sélections), était le meilleur animateur d'une rencontre lancée sur des bases élevées.

Ibrahimovic était moins à son avantage. Pour un accrochage verbal avec Alaba puis une intervention en retard sur Dragovic le capitaine suédois était averti (22e). Et il envoyait deux coups francs dans la base du mur (31e, 76e).

Les Scandinaves pouvait compter sur un gardien décisif, Isaksson, qui s'interposait face à Harnik (37e), Baumgartlinger (40e) et Junuzovic (52e).

La deuxième période, moins intense, voyait Ibrahimovic s'employer seul sur de longs ballons vers l'avant et dans des duels rugueux avec les défenseurs centraux. Il ne cadrait pas une tête sur un centre de Zengin (67e).


L'Angleterre fait le plein de confiance en Suisse

L'Angleterre, au terme d'un match en Suisse chez son plus rude adversaire dans le groupe E, a parfaitement lancé ses éliminatoires de l'Euro-2016 en ramenant lundi une précieuse victoire (2-0) grâce au doublé du joker Danny Welbeck.

Singulièrement en manque de confiance cinq jours après le pensum contre la Norvège (1-0), l'Angleterre s'offre donc une 2e victoire d'affilée et surtout un premier sourire en compétition depuis la honte du Mondial-2014 achevé au premier tour avec deux défaites et un nul.

La rencontre, qui a mis du temps à se décanter, aurait pu accoucher d'un résultat différent mais les Trois Lions ne doivent surtout pas bouder leur plaisir puisque cette performance les lance idéalement d'un point de vue comptable.

Sans leur génération dorée partie en retraite ni Sturridge, blessé, les patients Anglais peuvent remercier leur attaquant Welbeck et leur gardien Hart.

Le premier a été parfait en ouvrant finalement logiquement la marque du plat du pied en bout de ligne après une contre-attaque éclair conduite par Rooney (58).

Déchaîné, le nouveau Gunner a même opportunément doublé la marque dans les arrêts de jeu (90+4) quelques jours après avoir été critiqué pour son manque de réalisme après son départ sur la pointe des pieds de Manchester United.

Exemplaire, son ex-coéquipier et nouveau capitaine national, qui n'a pas rechigné à s'exiler dans le couloir, s'est montré nettement plus inspiré que contre les Scandinaves.

A ses côtés, Sterling a été moins virevoltant que dernièrement, mais il finit quand même avec une passe décisive.

En revanche, Wilshere a encore semblé un peu surcoté dans l'entre-jeu.

Ensuite, quand la Suisse, 8e de finaliste au Brésil, a essayé de sauver son honneur, le gardien de City s'est montré impeccable devant Seferovic (33, 57).

Et quand il s'est fait dribbler par Drmic, Cahill l'a suppléé (70).

Car finalement, la défense anglaise a quand même collectivement trouvé le moyen d'être peu rassurante même si elle n'a somme toute pas été si inquiétée que ça.

Malgré la présence de ses stars Xhaka, Shaqiri ou Rodriguez dans le couloir gauche, la Suisse a en effet globalement manqué de conviction à l'occasion du premier match de Vladimir Petkovic, le remplaçant d'Ottmar Hitzfeld.

Son 4-3-3 disposé sur la largeur a en effet peiné à prendre le contrôle des opérations au milieu et brillé seulement par intermittences.

Nerveux après la Norvège, Roy Hodgson, qui a eu le courage de lancer dans le grand bain le milieu d'Aston Villa Fabian Delph quelques jours après John Stones, doit souffler un peu.

Son opération reconstruction, qui se poursuivra contre Saint-Marin puis en Estonie en octobre, prendra peut-être du temps mais elle pourrait être payante.

En face, les Suisse doivent eux aussi commencer à trouver le temps long car les voilà désormais à neuf matches sans victoire depuis 1981 contre des diables d'Anglais.


L'Espagne écarte la Macédoine et panse ses plaies (5-1)

L'Espagne, double championne d'Europe en titre, a débuté sa campagne de qualification pour l'Euro-2016 par une large victoire contre la Macédoine (5-1) lundi dans le Groupe C, pansant un peu ses plaies deux mois après son élimination sans gloire du Mondial.

Au stade Ciutat de Valencia, les Espagnols n'ont pas eu à beaucoup forcer leur talent et l'ont emporté sur des buts de Sergio Ramos sur penalty (16), Paco Alcacer (17), Sergio Busquets (45+3), David Silva (50) et Pedro (90+1).

Mais pour la Roja, ce match allait au-delà des trois points mis en jeu: il s'agissait de repartir de l'avant après la perte du titre mondial au Brésil, ce qu'elle n'avait pas su faire en amical jeudi contre la France (défaite 1-0).

Les cadres espagnols ont cette fois joué leur rôle, à l'image du gardien et capitaine Iker Casillas, auteur de plusieurs parades spectaculaires (5, 47, 79) malgré un statut fragilisé en sélection.

De même, Ramos n'a pas tremblé au moment de transformer un penalty obtenu par Silva, ajustant le gardien macédonien d'une impeccable panenka (16).

Côté rajeunissement, l'Espagne sait pouvoir compter sur Paco Alcacer (21 ans) qui, pour sa deuxième sélection, a marqué son tout premier but sur un service de Juanfran (17).

En l'absence de Diego Costa blessé, le jeune avant-centre de Valence a marqué des points, offrant une passe décisive à Sergio Busquets (45+3), qui a lui aussi ouvert son compteur de buts pour sa 70e sélection.

Certes, la Macédoine avait entretemps réduit le score sur un penalty d'Agim Ibraimi (28), mais le jeu a été à sens unique. David Silva, très remuant, a d'ailleurs alourdi le score d'une frappe instantanée dans le petit filet opposé (50) avant de décaler Pedro sur le dernier but (90+1).

Du coup, Del Bosque a pu donner du temps de jeu aux nouvelles têtes de la Roja, comme Isco (Real Madrid), Marc Bartra (FC Barcelone) ou la pépite du Barça Munir El Haddadi (19 ans), qui a connu sa première sélection avec l'Espagne et renoncé officiellement à porter les couleurs du Maroc.


GROUPE C

Ukraine - Slovaquie 0 - 1

Espagne - Macédoine 5 - 1

Luxembourg - Belarus 1 - 1


GROUPE E

Estonie - Slovénie 1 - 0

Suisse - Angleterre 0 - 2

Saint-Marin - Lituanie 0 - 2


GROUPE G

Autriche - Suède 1 - 1

Monténégro - Moldavie 2 - 0

Russie - Liechtenstein 4 - 0