Selon le Sunday Times, le secrétaire d'Etat à la Culture, aux Médias et aux Sports, Oliver Dowden a fait comprendre à l'UEFA que les stades britanniques pourraient accueillir du public avant le reste de l'Europe, grâce à l'avancement de la campagne de vaccination anti-Covid dans le pays.

Organiser davantage de matchs de l'Euro, voire la totalité du tournoi, au Royaume-Uni permettrait de limiter les pertes financières liées aux revenus de billetterie, poursuit le journal dominical.

Pour le moment, 7 matchs de l'Euro-2020, dont ceux de l'Angleterre en phase de groupes, les demi-finales et la finale, sont programmés à Wembley, alors que Glasgow en accueillera 4. Dublin, Amsterdam, Copenhague, Saint-Pétersbourg, Bilbao, Munich, Budapest, Bakou, Rome et Bucarest sont les autres villes-hôtes de la compétition.

Cependant, interrogé par la chaîne de télévision Sky News, le secrétaire d'Etat à la Santé Matt Hancock a assuré n'avoir "rien vu" au sujet d'une telle offre et donc partir du principe que "ce n'est pas vrai".

L'Euro, qui devait se dérouler l'été dernier (12 juin-12 juillet), avait été reporté de 12 mois le 17 mars dernier en raison de la pandémie de Covid-19, dans l'espoir que la situation serait meilleure un an plus tard.

Officiellement, l'UEFA s'en tient à son projet d'organisation de l'Euro-2020 dans 12 villes européennes, du 11 juin au 11 juillet prochain, ce qui multiplie les inconnues sur le plan sanitaire aussi bien que logistique.

Il se dit cependant que l'UEFA travaille sur des scénarios alternatifs au cas où certaines restrictions de déplacement, comme il en existe un peu partout, restaient en place, d'autant que des matchs de coupes européennes de clubs allemands, espagnols et portugais ont déjà dû être délocalisés.

Israël, où la campagne de vaccination est encore plus avancée, a aussi proposé d'accueillir les derniers tours de la Ligue des champions et l'Euro 2020.