La commission de discipline de la FFF sera chargée d'examiner le 17 août les cas des cinq joueurs internationaux.

Le Conseil fédéral de la FFF a pris connaissance du rapport produit par la mission d'information chargée de faire la lumière sur les évènements survenus le 20 juin à Knysna en Afrique du Sud.

Alors qu'une tendance se dessinait pour pointer une responsabilité collective dans le déroulement de la grève en accord avec les conclusions de la mission d'information, les interventions de Lilian Thuram, de Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP), et de Jean-Pierre Escalettes, ex-président de la FFF, ont fait pencher la balance en faveur d'actions ciblées sur quelques joueurs, a-t-on appris de même source.

Les cinq joueurs ont ainsi été visés pour avoir eu une "responsabilité objective" dans la fronde: Evra en tant que capitaine, Ribéry en tant que vice-capitaine, Anelka pour ses insultes à l'encontre de l'ancien sélectionneur Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique, Abidal pour avoir refusé de jouer le dernier match des Bleus en Coupe du monde contre l'Afrique du Sud, et Toulalan pour avoir rédigé le communiqué des joueurs annonçant la grève, a-t-on appris de même source.