Dimanche soir, les Liégeois sont brusquement descendus de leur nuage sur lequel ils étaient plantés depuis plusieurs mois. Après une série de seize matches sans défaite et six succès consécutifs sans concéder un but, les Liégeois sont tombés. Ironie du sort, c’est le plus Rouche des Buffalos, Mircea Rednic, qui a infligé aux Standardmen leur deuxième défaite de la saison.

Outre la défaite, c’est la manière qui pose question. En effet, les Rouches, si solides d’habitude défensivement, ont totalement sombré face à Gand.

Pour certains, cette deuxième défaite tombe au plus mauvais moment juste avant de rendre visite au Club Bruges de Michel Preud’homme, qui carbure au super depuis plusieurs semaines. Pour d’autres, ce revers est un mal pour un bien avant le dernier sprint final.

Dans le groupe rouche, on ne s’inquiète pas outre mesure. "Désormais, tous nos matches seront compliqués , assure Mehdi Carcela . Nous sommes leaders depuis la première journée, tout le monde nous attend de pied ferme et la pression est plus importante. Cependant, il n’y a pas péril en la demeure. Nous ne devons pas nous mettre une pression supplémentaire sous prétexte que nous avons perdu."

Ce deuxième revers, le premier à domicile, fait tout de même un peu tache avant de rendre visite à Bruges qui ne pointe déjà plus qu’à sept longueurs.

"Le championnat est encore très long. On n’a pas reçu un coup derrière la tête. Dimanche, on se déplacera à Bruges avec la bonne mentalité et l’envie de gagner."

Remise en question générale

Désormais, tout le monde attend la réaction des hommes de Guy Luzon.

"A Bruges, on va montrer qu’on est une équipe, que l’on gagne ou que l’on perde. Tout le monde doit se remettre en question et nous allons, collectivement, analyser cette défaite afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs dans le futur."

Pour le médian offensif, la sérénité est toujours de mise dans le vestiaire. "Je ne vous cacherai pas qu’il y avait bien de la déception dans le groupe après le match de Gand. Cependant, le doute ne peut pas s’installer. Il n’y a rien de mal fait et nous sommes toujours leaders."

Après Mircea Rednic, c’est Michel Preud’homme, un autre ancien de la maison, qui se dressera sur la route des Standardmen.

"Ce sont deux coaches qui nous connaissent très bien. Je ne sais pas si cela a joué un rôle dans la défaite de dimanche dernier. Le problème, ce n’est pas l’adversaire mais bien nous. Si on joue notre jeu, on est difficile à battre. Il faudra donc être à notre niveau dimanche à Bruges." K.S.