Foeke Booy va revenir à Bruges plus rapidement que prévu! Ancien buteur frison du Club, au tout début des années nonante, le technicien néerlandais n'a jamais caché qu'il aspirait à entraîner, un jour, le club qui l'a révélé sur la scène internationale. Pour l'heure, il fourbit ses armes au FC Utrecht, le premier des deux adversaires européens que Bruges accueillera au Jan Breydel Stadion. Le Club recevra son rival batave le 25 novembre prochain au retour, lointain, de son expédition à Dniepropetrovsk.

Foeke Booy fourbit ses armes de bien belle manière. Trublion émérite dans la triangulaire hollandaise habituelle, le FC Utrecht devance l'Ajax de Sonck et rivalise avec le Feyenoord de Buffel, à trois points du PSV. De l'avis des spécialistes, il doit son émergence aux qualités, multiples, de son directeur technique. Elu «meilleur entraîneur hollandais», Foeke Booy a été adoubé par Johan Cruyff, Wim Van Haneghem et Ruud Gullit.

«Nous sommes confrontés à un beau défi sportif, raisonne le Frison. A mes yeux - et je ne le cite pas par pur sentimentalisme -, le Club Brugeois est le favori de la poule. Aller l'affronter dans le stade où j'ai vécu de bien belles saisons me procure un énorme plaisir. Je connais encore beaucoup de monde dans la Venise du Nord. Si nos deux clubs pouvaient se qualifier, je serais le technicien le plus heureux du monde!»

Le Club Brugeois n'a pas joui de ce privilège: quelques semaines après avoir volé en éclats à Donetsk, il revisitera l'Ukraine. «Ce n'est évidemment pas notre destination favorite, confirme Marc Degryse. Dniepropetrovsk est vraisemblablement l'adversaire que nous connaissons le moins. C'est la raison pour laquelle il ne m'aurait pas déplu de le recevoir. En revanche, nous accueillerons Utrecht, qui amènera du monde au stade. Mais même si j'aurais aimé retrouver un club anglais par exemple, je ne veux pas me plaindre: nous sommes têtes de série et nous assumerons ce statut qui nous érige en favoris. Notre objectif est clair: nous voulons passer l'hiver en restant européens. A la limite, peu importe donc que nous terminions premier, deuxième ou troisième de notre poule.»

Trond Sollied apprécie modérément le tirage: «Finir contre Saragosse me plaît beaucoup cependant: j'adore le foot espagnol.»

Le Club Brugeois, un peu moins, sûrement...

© Les Sports 2004