Mais ceux-ci ont de quoi se consoler: les Russes et les Turcs peuvent quasiment oublier la France alors que l'Italie est, comme la Belgique, assise entre deux chaises.

Il y aurait encore beaucoup à dire à propos de Marc Wilmots et des Diables Rouges.

La saga de son départ avorté à Schalke 04 ; les remous que ce médiocre feuilleton a engendrés; la mauvaise prestation des Diables vendredi, au bout d’une saison interminable... pour tout le monde (cette excuse-là est vraiment navrante ou alors il fallait s’arranger pour programmer une rencontre plus facile); l’impossibilité pour certaines stars d’admettre une contre-performance pourtant évidente; l’incroyable absence de rendement de Benteke, de Lukaku et surtout d’un De Bruyne fantomatique; la désolante discrétion de Witsel; la baisse de régime des arrières latéraux, tout spécialement de Vertonghen: tout cela pourrait encore occuper des pages et des pages de commentaires.

Comme on a déjà beaucoup glosé, contentons-nous d’analyser l’état des lieux des groupes de ces éliminatoires et le rendement des équipes du top 8 UEFA actuel mais aussi de quelques autres.

Les Pays-Bas dans de mauvais draps

Quatrièmes au “ranking”, les Pays-Bas sont les seuls à avoir moins bien travaillé que les Diables jusqu’à présent, avec 10 points sur 18 seulement. Les troupes de Gus Hiddinck sont troisièmes au classement, à cinq et trois points des premiers, l’Islande et la République Tchèque. Elles devront cravacher pour se qualifier directement.

Meilleure sélection au classement européen, l’Allemagne (championne du monde) est, comme la Belgique, seulement deuxième de son groupe avec 13 pts sur 18 alors que la Pologne en a 14 et l’Ecosse 11. Mais elle talonne les premiers, au contraire des Diables.

Slovaquie et Autriche cartonnent

L’Espagne est deuxième également mais avec 15 points (soit quatre de plus que les Belges), à trois unités du pays, la Slovaquie, qui signe l’exploit extraordinaire de compter 18 points sur 18.

Un exploit également forgé par l’Angleterre, 5e au “ranking”. Dans ce groupe, la Suisse est deuxième avec 12 points, un de mieux que les Diables, ce qui est aussi le cas de l’Italie, 8e au classement UEFA, juste derrière la Belgique. Une Italie dont le sort peut être comparé à celui des hommes de Wilmots puisque Buffon et compagnie ont deux points de retard sur l’inusable Croatie et deux d’avance sur la Norvège.

Enfin, le Portugal (6e au classement UEFA) mène son groupe avec 12 points mais en cinq matches seulement.

Bref, tout le monde ou presque fait mieux que les Diables dans le club fermé des meilleures formations (sur papier) du continent.

D’autres sélections, nettement moins en vue dans la hiérarchie, “cartonnent” littéralement ou à tout le moins se comportent plus qu'honorablement.

Aux côtés de l’Islande, de la Slovaquie, de la Croatie et de la Pologne déjà citées, épinglons la Roumanie et l’Irlande du Nord (14 et 13 points dans un groupe F où la Hongrie a encore son mot à dire) et l’Autriche (qui, avec 14 points, devance la Suède de 2 points).

Pour le moment, les grosses déceptions viennent de la Turquie 4e avec 8 points d’un groupe A il est vrai beaucoup relevé que celui des Belges et, plus encore, de la Russie, battue chez elle par l’Autriche, dimanche, et qui avec 8 points sur 18 aura les pires difficultés à se qualifier directement.

Conclusion: il y a moins bien loti que les Diables mais beaucoup plus performant aussi.