Les années sans Coupe du Monde ou sans championnat d’Europe de football, le curseur des amateurs de sports se déplace généralement à partir du mois de juin vers d’autres disciplines que le foot. On se met à regarder du tennis grâce aux tournois de Roland-Garros et de Wimbledon et l’on attend tranquillement qu’arrivent juillet et le Tour de France.

Mais même si les championnats européens ont livré leur verdict, on va encore pouvoir vivre quelques émotions footballistiques dans les jours qui viennent. Samedi soir, 3 juin, aura lieu la finale de la Ligue des champions entre la Juventus et le Real de Madrid, deux grands d’Europe, et la semaine prochaine, les Diables Rouges seront en lice, d’abord, en amical, contre la Tchéquie puis, dans le cadre des éliminatoire de la Coupe du Monde 2018, en Estonie. D’autres équipes nationales seront également de la partie. On n’oubliera pas non plus de mentionner la coupe des Confédérations qui se déroulera du 17 juin au 2 juillet en Russie.

Grande première à Cardiff

En attendant, un événement historique va avoir lieu ce jeudi soir 1er juin, à Cardiff. On veut parler de l’affrontement entre deux équipes françaises (du jamais vu) en finale de la Ligue des champions.

Les Lyonnaises de l’OL vont, en effet, affronter les Parisiennes du PSG dans une rencontre retransmise par France 2, ce qui n’arrive pas tous les jours. Voici deux semaines, les Lyonnaises ont remporté la Coupe de France en battant...le PSG, aux tirs au but. C’est dire si les deux équipes auront voix au chapitre mais l’OL présente des statistiques stratosphériques au terme de la saison: un titre de championne de France avec 21 victoires en 22 matches et un goal-average de 103 buts pour et de 6 buts contre alors que leurs rivales ont inscrit presque deux fois moins de buts et en ont encaissé près de trois fois plus.

Success-story

Le club féminin de Lyon a été créé en 1970, au sein du club omnisports FC Lyon. Il a rejoint la division 1 en 1978 et, dans les années ‘90, a décroché quatre titres de champion de France. La suite est moins glorieuse mais elle va le redevenir après qu’en 2004, il est intégré à l’Olympique lyonnais.

C’est le début d’une success-story qui verra les Lyonnaises décrocher onze titres consécutifs de championnes de France entre 2007 et 2017 ainsi que trois titres de championnes d’Europe en 2011, 2012 et en 2016. Plusieurs coupes de France tombent aussi dans leur escarcelle.

Depuis mars 2016, les joueuses disputent leurs rencontres au Parc Olympique lyonnais, ce qui prouve que leur notoriété et leur popularité ont grandi. La preuve: le 24 avril 2016, le record d’affluence pour un match de club de football féminin en France a été battu, avec 22050 spectateurs présents pour assister à la victoire des Lyonnaises 7-0 sur le PSG, en demi-finale aller de la Ligue des champions.

De son côté la section football féminin du Paris Saint-Germain a été créée en 1971. Le club a atteint pour la première fois l’élite en 1979 et s’y est maintenu pendant trois saisons. Il a retrouvé la première division en 1986 pour six saisons, puis y est revenu en 2001.

Les Parisiennes ont été vice-championnes de France en 2011, 2013, 2014 et 2015, année de leur première participation aux demi-finales de Ligue des champions. Elles jouent l’essentiel de leurs matches au stade Charléty.

Sans avoir encore réussi à atteindre la notoriété et les performances de leurs rivales lyonnaises, les joueuses du PSG n’ont cessé de progresser ces dernières saisons, à la suite d’une politique de recrutement agressive.

Quoi qu’il en soit, la présence de ces deux équipes en finale de la Ligue des champions prouve que le football féminin français est à présent au niveau de ses homologues allemand ou suédois, longtemps considérés comme les meilleurs d’Europe.

Et l’engouement que ce match suscite montre que le football féminin en général a gagné, et c’est largement mérité, ses lettres de noblesse.