A deux journées de la fin des éliminatoires, petit coup de projecteur sur les chances des uns et des autres, en fonction du classement et du calendrier. 

1. Les qualifiés

A ce jour, cinq sélections nationales sont d’ores et déjà qualifiées. Il s’agit de l’Islande et de la Tchéquie (Groupe A); de l’Angleterre (groupe E), de l’Autriche (groupe G) et de la France, pays organisateur. L’Autriche, avec 22 points sur 24, et l’Angleterre (24 sur 24) sont déjà sûres de terminer premières de leur groupe.

2. Les équipes en ballottage très, très favorable.

Il s’agit du Pays de Galles (18 points) et de la Belgique (17) dans le groupe B; de l’Espagne (21) dans le groupe C; de l’Allemagne (19) dans le groupe D; de l’Irlande du Nord (17) dans le groupe F; de l’Italie (18) dans le groupe H et du Portugal (15) dans le groupe I. Les hommes de Cristiano Ronaldo ont 3 points d’avance sur les Danois et un match de plus à disputer et 4 points de plus que les Albanais.

3. Les équipes en ballottage favorable.

On trouve la Slovaquie (groupe C, 19 points), la Pologne (groupe D, 17), la Suisse (groupe E, 15) , la Roumanie (groupe F, 16) et la Russie (groupe G, 14). La Slovaquie, qui compte trois points d’avance sur l’Ukraine, a un calendrier facile (elle accueille la Biélorussie et va au Grand-Duché de Luxembourg) alors que son outsider va en Macédoine et reçoit l’Espagne, qui aura accueilli le Luxembourg trois jours auparavant et aura déjà son ticket en poche sauf véritable séisme. En revanche, dans le groupe D, la Pologne ira en Ecosse (qui jouera ses dernières cartes) et recevra l’Irlande (toujours dans le coup à ce jour avec deux points de retard mais qui devra se farcir l’Allemagne chez elle). La Suisse (2e avec 3 points d’avance sur la Slovénie) accueillera Saint-Marin puis ira en Estonie: c’est donc plus que jouable. La Roumanie (qui a 3 points de bonus sur la Hongrie) recevra la Finlande et se déplacera aux îles Féroé (ce qui ne devrait pas lui faire trop peur). Enfin, la Russie (qui a deux points de plus que la Suède) ira en Moldavie et recevra le Monténégro: elle a donc, elle aussi, son avenir entre les mains.

4. Les équipes en difficulté.

Dans le groupe A, Turcs et Néerlandais ne peuvent espérer qu’une chose: décrocher la troisième place et jouer les matches de barrage. Le calendrier des Turcs (en Tchéquie et contre l’Islande) semble un peu plus compliqué que celui des Bataves (au Kazakhstan et contre les Tchèques) mais ils ont deux points d’avance sur les Oranje. Dans le groupe B, Israël (13 unités) garde un petit espoir d’aller en France mais cela passe par une victoire contre les Belges à Bruxelles pour autant que ceux-ci aient laissé des plumes à Andorre.

Dans le groupe C, l’Ukraine (16pts) conserve des chances mais, on l’a écrit plus avant, elles sont minimes. Dans le groupe D, l’Irlande (15 points) n’a pas abdiqué mais ce sera compliqué. Dans le groupe E, même remarque pour la Slovénie (12pts). Dans le groupe F, idem pour la Hongrie (13 points). Et rebelote pour la Suède (12 points) dans le groupe G.

Dans le groupe H, Norvégiens et Croates sont aux portes d’un exploit ou d’une troisième place: les premiers (16pts) reçoivent Malte (une formalité) et vont en Italie (dur, dur). Les seconds (15 points mais ils pourraient en récupérer un sur tapis vert) reçoivent les Bulgares (accessible) et se rendent à Malte. On les verrait bien passer. Dans le groupe I, les Albanais n’ont que 11 points mais ils comptent un match de moins que les Danois (12). Ils reçoivent la Serbie et visitent l’Arménie. On les voit mieux se qualifier que les Danois dont l’ultime devoir aura lieu au Portugal.

5. Notre pronostic.

Gallois, Belges, Espagnols, Slovaques, Allemands, Polonais, Suisses, Irlandais du Nord, Roumains, Russes, Italiens, Croates, Portugais et Albanais vont se qualifier. Les Norvégiens seront les meilleurs troisièmes et passeront aussi. Les barrages intéresseront la Turquie, Israël, l’Ukraine, l’Irlande, la Slovénie, la Hongrie, la Suède et le Danemark.