Football Il s’agit de quatre personnes de Malines, cinq de Beveren et quatre agents.

En tout, deux clubs (Malines et Waasland-Beveren) ainsi que treize personnes doivent comparaître devant la Commission des Litiges d’Appel de l’Union belge.

On y dénombre quatre dirigeants de Malines : Olivier Somers (l’actionnaire principal), Johan Timmermans (l’ex-président), Stefaan Vanroy (le manager sportif) et Thierry Steemans (l’ex-comptable). À Waasland-Beveren, qui clame son innocence, cinq personnes sont convoquées : Dirk Huyck (le président), Olivier Swolfs (le directeur technique), Walter Clippeleyr (un dirigeant), Jozef Van Remoortel (l’ex-président) et le joueur Olivier Myny (qui évolue actuellement à OHL). Ils risquent chacun une ou plusieurs années de suspension.

En plus de cela , quatre agents de joueurs devront répondre présents. Il s’agit évidemment de Dejan Veljkovic, le personnage central dans le scandale, mais aussi d’Evert Maesschalck, de Walter Mortelmans et de Thomas Troch. Les quatre agents risquent d’être interdits de transfert durant plusieurs années.

Mogi Bayat, lui, ne doit donc pas aller s’expliquer à l’Union belge. Inculpé de blanchiment et de participation à une organisation criminelle, il n’est pas lié au dossier des matchs truqués.