La Pro League a plaidé pour une "adaptation équilibrée" des statuts fiscal et social, mais veut défendre aussi la position concurrentielle du football au niveau européen.

La Pro League qui rassemble les 14 clubs professionnels du football belge a transmis un communiqué samedi en réponse à l'annonce de Maggie De Block de s'attaquer aux cotisations sociales limitées des footballeurs.

La ministre des Affaires sociales (Open Vld) avait menacé de le faire si le monde du football ne réagissait pas face au récent scandale de fraudes présumées qui a éclaté au grand jour le 10 octobre. Elle est actuellement occupée à préparer une proposition concrète en ce sens: limiter ou annuler les avantages dont bénéficient les clubs et les joueurs en matière de cotisations sociales (ONSS).

Pour la Pro League, le débat sur le régime fiscal et social en vigueur depuis de nombreuses années "ne peut être différé. La thèse du statu quo n'apparaît pas défendable. Nous plaidons en faveur d'une adaptation équilibrée", a-t-elle précisé dans un communiqué transmis samedi. La Pro League dit s'être engagée depuis le 14 novembre à répondre aux questions du monde politique et de l'opinion publique, mais veut à la fois "permettre au football professionnel de garder sa position concurrentielle au niveau européen. Les clubs de la Pro League devront aussi rester en mesure de continuer leurs investissements pour la formation des jeunes (comme ils l'ont fait depuis 2008)".

Une première réunion du Comité Paritaire pour le Sport s'est tenue ce vendredi 23 novembre et tout laisse penser que par le biais de la concertation sociale une réponse adéquate pourra être trouvée et ensuite mise en oeuvre, a encore indiqué la Pro League. "Un agenda a été arrêté de commun accord entre les partenaires sociaux et cet agenda exclut clairement tout 'encommissionnement' du dossier".

"La Pro League entend participer activement à la juste réforme des statuts fiscal et social du sport professionnel", a-t-elle encore expliqué. "Comme tous les amateurs de sport, la Pro League a immédiatement jugé de façon ferme et sans compromis que les pratiques de match fixing devaient être combattues et condamnées. Notre annonce d'une réforme des règles internes en matière de gouvernance et de celles relatives aux relations avec les agents était attendue".

La Pro League a rappelé qu'elle n'hésitera pas à prendre sur ces thèmes "des décisions radicales et à jouer ainsi un rôle moteur dans le contexte du football européen".