La procédure disciplinaire entamée par l'Union belge de football devant la Commission des litiges d'appel dans le cadre des soupçons de trucage de matches mis au jour ces derniers mois ne doit pas être suspendue, a estimé jeudi le tribunal de l'entreprise de Bruxelles. 

Ce dernier s'est déclaré incompétent dans cette affaire. Les clubs FC Malines et Waasland-Beveren, ainsi que 13 autres suspects, ont été cités à comparaitre devant la commission, pour de possibles trucages de matches en fin de saison dernière. L'action en référé du club malinois et d'autres devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles, arguant d'un possible non-respect des droits de la défense, n'a pas abouti, la procédure disciplinaire peut donc se poursuivre, avec une dernière séance le 28 mai et une décision finale attendue pour le 30 juin.

Les demandes des accusés ayant entamé l'action en référé pour tenter de couper court à la procédure disciplinaire ne consistaient pas toutes en des mesures provisoires, et ne se prêtaient donc pas au référé, a estimé le juge. Ce dernier a aussi estimé que l'affaire n'avait pas l'urgence nécessaire.

Le même juge a souligné que rien n'indique que la commission des litiges d'appel ne prendra pas en compte les arguments soulevés quant au droit à un procès équitable et aux droits de la défense.

Le FC Malines pourrait encore aller en appel de cette décision mais il n'est pas certain qu'il puisse être traité à temps.