"Eden Hazard me déçoit. Il ralentit le jeu de la Belgique où on a déjà l’impression que les joueurs n’ont jamais joué ensemble."

La déclaration de Frank Leboeuf dimanche matin sur le plateau de Téléfoot a fait du bruit en Belgique. Entre ceux qui estimaient que l’ancien défenseur français avait totalement raison et ceux qui l’ont repris de volée, parfois violemment sur les réseaux sociaux, les supporters des Diables ne sont pas restés indifférents.

Lundi, Eden Hazard, lui-même, a réagi à la critique de Leboeuf lors de sa conférence de presse à Bordeaux : "Je crois qu’il ne m’aime plus", a-t-il lancé avant d’expliquer qu’il ne tenait de toute façon pas compte de ce qu’on pouvait dire et écrire de lui.

Entre ses chroniques sur la chaîne américaine ESPN, ses nombreuses interventions sur la radio RMC et ses analyses sur les plateaux de TF1, Frank Leboeuf, joueur de Chelsea pendant cinq ans entre 1996 et 2001, a accepté de répondre à La DH pour mettre les choses au clair.

Alors Frank, vous n’aimez plus Eden Hazard ?

"Mais non, c’est tout le contraire ! Je me permets de critiquer les gens que je connais bien et que j’aime. Eden, je le suis depuis Lille et j’en suis fou. Je ne lui veux que du bien, mais je n’aime pas le voir comme ça."

Comment ?

"On sent qu’il n’est pas bien. Il est trop dans la réflexion et il joue contre-nature. C’est lui qui peut conduire le jeu belge, mais il n’y parvient pas. Je l’ai même vu plusieurs fois freiner une action de contre-attaque qui sentait pour les Diables. Normalement, Eden ralentit puis accélère brusquement et ça fait mal à toutes les défenses du monde. Contre l’Irlande, on ne l’a vu accélérer qu’une seule fois et ça a amené le troisième but. C’est comme ça que je veux le voir. Il a même dribblé le juge de ligne sur l’action. Quand il est bien, Eden peut dribbler tout le stade."

Pourquoi n’est-il pas comme ça en équipe nationale ?

"Je crois qu’il a le même souci que Paul Pogba chez nous : il a pris beaucoup de responsabilités et ce n’est pas toujours simple à gérer. Et comme avec Pogba, je crois que la solution, c’est l’amour. Il faut montrer à ces joueurs qu’on les aime."

Vous ne critiquerez plus Eden Hazard dans les médias alors ?

"Si mais toujours de manière constructive. J’ai été joueur et je comprends les difficultés de ce métier. J’essaie d’apporter les conseils que je donnerais en tant qu’ancien dans un vestiaire si je jouais toujours. Je ne voulais certainement descendre Eden. Vous lui direz bien que je l’aime toujours quand vous le reverrez ?"

Promis, on le fera.

"Merci beaucoup !"