Ça passe ou ça casse, aujourd'hui pour Anderlecht. Après neuf défaites consécutives, Anderlecht n'a plus droit à l'erreur. «On se doit de gagner, dit Franky Vercauteren. C'est le match clé si on veut encore atteindre quelque chose dans cette Ligue des Champions. Sinon, il faudrait un miracle, comme une victoire à Liverpool ou au Betis. Mais il n'est pas exclu que nous finissions à nouveau la campagne avec zéro point.»

Le 1-4 de Chelsea à Liverpool en championnat prouve que les Reds ont un niveau largement inférieur à celui de Chelsea: «Tout le monde déclare que nous aurons plus facile contre Liverpool que contre Chelsea et le Betis. Vous allez ouvrir des yeux, ce soir. Je conviens que Chelsea est peut-être plus fort pour le moment, mais ne perdez pas de vue que Liverpool est allé battre le Betis à domicile et qu'il s'agit du vainqueur de la Ligue des Champions. Il a gardé le même effectif que la saison passée, et s'est encore renforcé. D'ailleurs, je sais que Benitez, que j'admire beaucoup, a eu horreur de ce 1-4.»

Le Sporting qui a rencontré Chelsea et le Betis semble trop court pour cette C 1. Non seulement Anderlecht n'a pas récolté le moindre point mais il n'a même pas marqué un seul but: «Je maintiens que nous avons joué deux bons matches. Contrairement à beaucoup d'autres équipes, Chelsea a dû tenir compte de nous jusqu'à la dernière minute. On n'a pas été ridicule. Je n'avais pas l'impression que nous étions tellement plus faibles. Et si Jestrovic n'avait pas tiré sur mais en dessous de la barre contre le Betis, le match aurait été totalement différent. On est trop négatif en Belgique. Moi, je tiens aussi compte des résultats. Perdons-nous par 5-0 ou par 1-0? Est-ce qu'on évolue ou est-ce qu'on est vraiment trop faible? Eh bien, je constate que cela va mieux que la saison passée. Pendant la campagne précédente, on n'était vraiment pas dans le coup. A Brême, le score était de 3-0 avant que nous ne commencions à jouer. En jouant comme on le fait maintenant, on va se mettre à gagner un match ou l'autre. Mais pour ce faire, tout le monde doit y croire et encourager l'équipe. Cela dit, il est aussi possible que Liverpool nous mette une gifle, hein ! Mais le plus qu'on perd, le plus qu'on s'approche de la 1e victoire.»

Comment expliquer alors que l'Anderlecht 2000 battait des clubs comme Manchester, la Lazio ou le Real? Vercauteren: «Nous avions des tirages faciles. Manchester est venu déjà quasiment qualifié, le Real est venu avec sa 2e équipe...»

LES ÉQUIPES

Anderlecht: Proto, Vanden Borre, De Man, Tihinen, Deschacht, Vanderhaeghe, Wilhelmsson, Zetterberg, Goor, Mpenza, Jestrovic.

Il fallait s'y attendre: étant donné que le dernier entraînement, avec 20 joueurs, ne se déroulait pas à huis clos, Franky Vercauteren n'a donné aucune indication sérieuse concernant l'équipe qu'il va aligner ce soir. Le coach bruxellois a opéré des permutations au cours de la séance. Il a notamment fait jouer Jestrovic avec Serhat puis avec Mpenza. Cette 2e paire devrait débuter contre Liverpool. Il a aussi alterné la paire de l'axe central de la défense: Tihinen - De Man, Tihinen - Zewlakow, De Man - Traoré...

Liverpool: Reina, Josemi, Hyypia, Carragher, Traoré, Alonso, Sissoko, Zenden, Finnan, Cissé, Crouch.

Dudek, à peine remis d'une fracture du coude, a joué en rserves mais il est trop tôt pour lui pour revenir en équipe fanion, même sur le banc.

Arbitre: M. Massimo Busacca (Sui).

Match: Ce soir 20h45 (Direct Club RTL).

© Les Sports 2005