Après l'interview, Roger Vanden Stock nous confia: «Anderlecht sera champion, vous allez voir. Nous serons beaucoup plus forts qu'au premier tour.» En effet, pendant une heure, le président d'Anderlecht avait argumenté son optimisme. «J'entends que Frutos pourrait déjà jouer contre le Cercle, dit Vanden Stock. Je suppose qu'on va adopter un nouveau style, avec Frutos comme pivot, au lieu de deux joueurs rapides comme Mpenza et Serhat. Un autre changement sera de mettre Kompany au milieu, ce que l'entraîneur a déjà voulu faire dès le début de saison. Bien sûr que Frutos a beaucoup de pression sur les épaules mais les critiques, c'est le lot de tout gros transfert au Sporting.»

«Esprit plus sain»

Les critiques du public pourraient être impitoyables, parce qu'en laissant partir Baseggio, Jestrovic et même Gerk, Anderlecht s'est défait de trois chouchous: «Avez-vous remarqué que nous nous sommes débarrassés de tous les joueurs qui posaient des problèmes au groupe? On a diminué le noyau pour trouver une équipe type, et au stage, on a vu que l'état d'esprit était beaucoup plus sain. Les supporters vont voir que Frutos et les quatre jeunes intégrés dans le noyau A répondent au style de la maison: une bonne technique, une certaine classe mais aussi une bonne mentalité.»

Selon Vanden Stock, Anderlecht a plus de chances de remporter le titre que Bruges ou le Standard: «Parce que je reste convaincu que nous avons les meilleurs joueurs et le meilleur noyau. Le Standard? Cela dépendra du niveau de jeu de Costa. Et est-ce que Conceição pourra donner autant qu'au premier tour? Bruges? On le croyait éliminé mais le revoilà. Après un mauvais début, c'est devenu l'équipe la plus régulière. mais elle n'a pas d'individualités. Lange est out, Spilar est parti. Est-ce que Verheyen pourra encore jouer la locomotive de Bruges? Cela se jouera dans les petits matches, où nous avons gaspillé trop de points.»

VdS n'hésite pas à indiquer d'autres faiblesses du premier tour: «36 points en 18 matches, ce n'est pas une moyenne de champion. Il y a eu trop de changements dans l'équipe suite à des blessures. L'entraîneur a essayé d'installer une tournante mais il faut une base. Il a tenté de mettre la meilleure équipe sur le terrain mais je suppose qu'elle aurait été différente sans tous ces blessés. Nous avons été trop braves. Nous sommes les champions du fair-play, nous avons commis le moins de fautes, même en Ligue des Champions. Le foot, ça ne doit pas toujours être beau mais surtout efficace.»

© Les Sports 2006