Le Standard n'aligne pas la ligne offensive la plus performante de l'élite. Il ne présente pas non plus la défense la plus hermétique. Il ne s'érige pas en dernier invaincu du Championnat. Personne, pourtant, ne conteste la légitimité de sa prééminence en tête du classement. Les prestations actuelles, dynamiques et sans faille notable, d'une équipe liégeoise équilibrée impressionnent si elles ne séduisent pas encore. Chats longtemps échaudés, ses supporters ne se sentent toutefois pas encore pleinement rassurés: ils s'inquiètent un peu du comportement qu'adoptera la direction du club de Sclessin pendant le mercato. Des 18 clubs d'une élite qui refuse toujours de se soumettre à une cure d'amaigrissement, il est celui qui se comporte le mieux en déplacement. Dimanche en début de soirée, dans un stade du Canonnier auquel il réinsufflera, enfin, de la vie il voudra le confirmer encore, même si, pour la première fois depuis dix-neuf rencontres, il sera privé de son maître à jouer portugais. Seule équipe à n'avoir jamais encore partagé l'enjeu, Mouscron a consenti l'effort indispensable qui l'a hissé juste au-dessus de la ligne de flottaison. Il ne peut, déjà, relâcher son effort. Car les trois seules formations qui le suivent au classement ont pris conscience de la précarité de leur situation. Etonnant dernier de la classe, le Germinal Beerschot a intérêt à ne pas rentrer bredouille de Roulers. En gagnant, pour la première fois, contre un Lierse aux abois, qui s'interdit de perdre contre le Cercle Bruges, La Louvière a ravivé l'espoir, elle aussi. Elle devra confirmer au Staaienveld, face à un Saint-Trond remarquable de réalisme à Zulte-Waregem. Sensiblement inférieurs aux espérances qu'ils suscitaient, Genk - à Molenbeek où le Brussels reste la seule équipe à ne pas avoir gagné à domicile - et Charleroi - contre Westerlo - ne veulent pas lâcher davantage que Bruges contre La Gantoise, qui l'escorte au classement.

© Les Sports 2005