Le Racing Genk qui était tête de série rencontrera le club bulgare de Litex Lovech, qui ne suscite pas un enthousiasme débordant au sein du club limbourgeois qui se trouve devant une grande inconnue. Jos Vaessen, le président, n'était pas heureux à l'annonce du tirage: «Tout comme lors de notre précédente aventure en Lettonie (NdlR: à Metalurgs Liepajas), je ne sais pas situer sur la carte notre adversaire. Je ne peux pas davantage réagir sur nos chances. Mais pour ce qui est de l'affiche, je suis déçu. Je peux juste espérer que c'est un adversaire à notre portée.»

Ariel Jacobs, le directeur technique du club limbourgeois, n'est pas beaucoup plus avancé: «Je connais le club de nom, mais ma connaissance ne va pas plus loin. Je considère que c'est un avantage de jouer d'abord en déplacement. L'idée était d'aller voir notre adversaire ce week-end mais il ne joue pas car l'équipe qu'il devait rencontrer a renoncé à jouer en raison d'ennuis financiers. Cela limite nos possibilités d'observation. Je sais que Lovech compte 3 points en 3 rencontres et occupe à peu près la même place en championnat que nous. Leur équipe comprend environ 85% de Bulgares, complétée par d'autres joueurs d'Europe de l'Est et un Brésilien. Le style de jeu agressif ne nous plaît pas trop. Mais je considère que nous avons 50% de chances de passer.»

Hugo Broos, l'entraîneur, découvre lui aussi le Litex Lovech: «Lovech est pour moi un parfait inconnu. Sur le plan international, je connais le football bulgare à travers les rencontres des Diables Rouges. Et ce ne fut pas à l'avantage de la Belgique.»

© Les Sports 2005