Arsène Wenger a vivement reproché à la Belgique d'avoir utilisé son défenseur d'Arsenal Thomas Vermaelen durant l'entièreté du match amical mercredi contre la Grèce en sachant, selon lui, qu'il n'était pas totalement rétabli d'une blessure à la cheville.

Georges Leekens a réagi vendredi à l'agence Belga, marquant sa compréhension envers son collègue mais a aussi tenu à indiquer qu'aucun accord n'avait été conclu à son sujet entre la fédération belge et les Gunners.

"Le staff médical des Diables a examiné Thomas et déclaré qu'il était apte à jouer. Thomas était 100 pc 'fit'. Mon intention n'était pas non plus de l'aligner durant toute la rencontre, mais j'y ai été contraint suite à l'exclusion de Lombaerts", a déclaré le sélectionneur fédéral.

"Arsenal ne nous avait rien demandé concernant le temps de jeu de Thomas. Contrairement aux matchs amicaux contre la Roumanie et la France, où c'était le cas. J'avais alors respecté la demande de ne le faire jouer qu'un match sur les deux. Arsène a mon numéro de téléphone et il sait qu'il peut toujours m'appeler."

Leekens a expliqué qu'il comprenait qu'un club comme Arsenal avait du mal à libérer un joueur clé comme Vermaelen dans une période aussi cruciale de la saison. "Je comprends le soucis de Wenger. J'ai aussi été coach en club. La date de la rencontre n'était pas non plus idéale, mais ça c'est la FIFA qui décide", a conclu Leekens.