Dans quatre ans, la première Coupe du monde au Moyen-orient aura débuté au Qatar. A cette occasion, le président de la Fifa s'est montré confiant quant à l'organisation de ce 22e Mondial.

C'est le 21 novembre 2022 que la Coupe du monde au Qatar débutera, avec la possibilité de voir pour la première fois 48 équipes se disputer le titre suprême comme la Fifa a émis l'idée cette année. A quatre ans de cette échéance, Gianni Infantino a expliqué les raisons pour lesquelles, selon lui, ce Mondial sera "inoubliable" et "le meilleur jamais organisé".

"Ce sera un événement très compact avec tous les stades (NdlR. 12) distants au maximum d'une heure les uns des autres", se réjouit le président de la Fifa dans une interview accordée à l'organe qu'il dirige depuis maintenant deux ans et demi. " Cette Coupe du monde sera organisée par un pays qui disposera de toutes les infrastructures pour accueillir le monde, et les conditions climatiques seront idéales pour un tel événement."

Pour la première fois, la crème du football mondial se rendra au Moyen-Orient. Une perspective dont se félicite M. Infantino car "cette région est très passionnée et enthousiaste".

© Reporters


Laisser un héritage

Si le choix du Qatar a suscité de nombreuses discussions et interrogations, la Fifa, par l'intermédiaire de son président, tient à souligner l'héritage que cette Coupe du monde laissera une fois le tournoi terminé le 18 décembre 2022. "D'un point de vue social, l'impact a déjà été conséquent pour le Qatar qui n'aurait pas connu un tel développement."

Et Gianni Infantino d'insister sur des infrastructures uniques en leur genre. "170.000 sièges parmi les stades seront démantelés après la Coupe du monde et expédiés vers des pays qui en ont besoin, en Afrique, en Asie et dans d'autres parties du monde."

© Reporters

Qualifié d'office en tant que pays organisateur, le Qatar prépare déjà activement sa Coupe du monde, aussi sur le plan sportif. En donnant la nationalité qatarie à certains expatriés, le pays tente de mettre sur pied une équipe nationale qui tient la route d'ici quatre ans. "Ils ont battu l'Equateur, la Suisse, ils ont partagé contre l'Islande, qui fut l'un des contes de fées du football européen ces dernières années", salue Gianni Infantino. "Ce ne sont peut-être que des matches amicaux mais l'équipe se prépare et se trouve sur la bonne voie."

© Reporters