L'Albanais n'aurait pas dû... faire le bonheur du Cercle Bruges

BRUGES Besnik Hasi vit un automne radieux. Le vétéran albanais du Cercle Bruges savoure une des campagnes les plus accomplies de sa longue carrière, lui qui pensait... avoir raccroché les crampons au terme de la saison dernière : "J'ai mené à Lokeren un exercice 2006-2007 calamiteux. Je n'ai pas été bon, je n'étais même plus aligné les quatre derniers mois mais je pouvais avancer des circonstances atténuantes : l'équipe entière jouait mal. Elle souffrait cruellement d'une inefficacité offensive chronique. L'ambiance s'en ressentait. L'entourage du président m'avait pris en grippe. J'étais tellement désabusé que j'ai annoncé à ma femme que je mettais fin à ma carrière."

Un coup de fil inespéré de Glen De Boeck l'a fait se raviser : "Glen cherchait un médian défensif. Il savait que j'étais libre. Il m'a demandé dans quel état je me trouvais. Je suis un garçon correct. Je ne lui ai rien caché. Je l'ai même incité à prendre des renseignements sur moi auprès d'Ariël Jacobs et de Rudy Cossey. Ce qu'il a fait. Ces derniers l'ont assuré que je pouvais encore rendre des services. Glen a pris le risque de m'attirer au Cercle. Mais il m'a prévenu : 'Je veux revoir le Hasi d'Anderlecht' ! Je lui ai promis qu'il le retrouverait. Je lui ai simplement demandé un peu de temps pour retrouver une condition optimale."

Besnik Hasi n'aurait pas dû porter le maillot du Cercle mais celui de... Dender : "J'avais noué des contacts avec ce club. Jan Van Steenberghe y avait vanté mes mérites. 'Tu es plus expérimenté que l'ensemble de l'équipe', m'avait-il rappelé : 'tu pourrais l'aider considérablement à s'installer en D1'. J 'aurais pu être tenté, d'autant que le stade de Dender n'est situé qu'à vingt kilomètres de mon domicile. La direction du club flandrien m'a jugé trop vieux. Elle s'est montrée réaliste. Je la comprends : j'avais 35 ans et je n'avais plus joué depuis quatre mois."

Glen De Boeck se souvenait du Besnik Hasi champion de Belgique avec Genk et avec Anderlecht : il était résolu à lui faire confiance : "Moi, je ne voulais pas le décevoir, d'autant que le Cercle m'avait proposé un contrat de deux ans."

Le nouveau médian défensif brugeois a tenu parole : il assume à la perfection son double rôle de titulaire émérite et de guide de ses jeunes équipiers : "Ma tâche est aisée : trois ou quatre de mes équipiers demandent le ballon en permanence. Je n'ai qu'à le distribuer."

Chaque jour, en compagnie d'Oleg Iachtchouk, Hasi effectue avec plaisir deux cents kilomètres en voiture pour exercer son métier.