Besnik Hasi paraissait résigné mais espère quand même "un Standard aussi combatif jeudi à Gand que face à Anderlecht".

Au coup de sifflet final, devant les caméras puis en conférence de presse, Besnik Hasi a donné la même impression, celle de ne plus vraiment croire au titre de champion. Calme et tempéré, on le trouvait résigné.

Croyez-vous encore au titre, Besnik ?

"Tant que ce n’est pas fini mathématiquement, j’y croirai. Mais nous n’avons plus notre sort entre les mains…"

Pensez-vous le Standard capable d’aller gagner à Gand et ainsi vous relancer dans la course au titre ?

"D’abord, on doit battre Courtrai, il ne faut pas l’oublier, ne serait-ce que pour assurer la deuxième place. Après, une victoire du Standard est possible. Si les Liégeois sont aussi combatifs que contre nous aujourd’hui, cela peut arriver."

Ce sera un Standard sans Ezekiel vu son exclusion en fin de match.

"À part sur le but, je n’ai pas vu Ezekiel aujourd’hui…"

Parlons justement de ce but. Comment se retrouve-t-il seul ainsi ?

"C’est un coup franc à trente-cinq mètres de notre but et personne ne réagit sur le centre, le gardien ne sort pas… Si on n’est pas champion, ce sera à cause des phases arrêtées. Mon équipe manque trop souvent de maturité et de concentration. On a perdu beaucoup de points à cause de ça."

Auriez-vous pu régler le problème ?

"On a beaucoup travaillé les phases arrêtées et on en a beaucoup discuté. Mais si tu n’es pas concentré… Je le répète : ça nous aura coûté le titre si on ne parvient plus à dépasser Gand."

Les phases arrêtées mais aussi le Standard. Quatre Clasicos et un seul point pris…

"Oui, c’est vrai aussi… Mais bon, cela peut arriver d’avoir une saison où tu es moins bien face à une équipe."

Anderlecht a pourtant longtemps semblé plus fort que le Standard ce dimanche.

"Oui, on avait le contrôle du match mais l’égalisation a tout changé. Mes joueurs voulaient aller mettre le deuxième mais on donnait beaucoup de mauvais ballons et la frustration grandissait."

Aurez-vous une radio sur le banc à Courtrai jeudi ?

"Non, je me concentre uniquement sur mon match. On doit gagner là puis on verra ce que Gand a fait."

Si Gand remporte le titre, cela ne signifiera-t-il pas d’abord l’échec d’Anderlecht et de Bruges ?

"Non, je ne suis pas d’accord. Il ne faut pas minimiser les mérites des Gantois qui avaient une très belle équipe. Ils étaient très frais en playoffs puisqu’ils n’ont perdu qu’un match (NdlR : à Charleroi) . Ils n’ont pas joué la Coupe d’Europe et cela a peut-être fait la différence. Anderlecht et encore plus Bruges vu son long parcours manquaient de fraîcheur."