Humiliation, honte, tragique, naufrage: les mots ne manquaient pas à la presse européenne pour qualifier jeudi la large défaite (6-1) et l'élimination en Ligue des champions subie à Barcelone par le Paris SG, qui pourrait connaître une période agitée.

Du côté de la presse française, les mots sont durs. "Inqualifiable" écrivent ainsi en Une L'Equipe et en page intérieure Le Parisien/Aujourd'hui en France. "Paris est tragique", titre encore en page intérieure le quotidien sportif, dans une allusion au slogan du club "Paris est magique".

© Twitter

"Paris écrasé, piétiné, humilié", titre en pages intérieures Le Figaro.

Le quotidien régional Ouest-France sur son site parle de "naufrage, de cauchemar, de honte et d'humiliation". Pour Sud-Ouest, sur son site, c'est "une défaite historique".

Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), également sur leur site, voient "presque une faute professionnelle pour le PSG".

"Par où commencer ? Par quel(s) mot(s) raconter ce spectacle de désolation, cette ruine, cette honte qui traverse ceux qui aiment le PSG, le suivent, en vivent ou l'analysent ?", se désole Dominique Sévérac du Parisien/Aujourd'hui en France, résumant le sentiment général de la presse française.

Vincent Duluc, dans L'Equipe, a trouvé les mots, et ils sont durs : "Ce PSG-là a été à la hauteur de rien et en-dessous de tout (...) Le PSG est devenu une marque mondiale symbolisant l'échec." "Il ne fallait pas monter aussi haut si c'était pour descendre aussi bas", ajoute l'éditorialiste.

Et pour L'Equipe, après "cette humiliation, c'est tout le projet parisien qui est désormais menacé".

'Des têtes vont tomber'

"On imagine aisément que la plaisanterie n'a fait que modérément rigoler du côté de Doha, capitale du Qatar", souligne la journal national Libération, sur son site, rappelant que "l'émirat a investi des centaines de millions d'euros dans le club, avec l'objectif ultime de gagner la Ligue des champions".

"Des têtes vont tomber, celle d'Emery (l'entraîneur) paraît évidente", croit savoir Dominique Sévérac (Le Parisien/Aujourd'hui en France). "Connaissant l'intransigeance des dirigeants Qataris, Unai Emery a du souci à se faire", préviennent Les DNA.

La presse espagnole est en revanche euphorique et c'est le mot "histoire" qui revient le plus souvent. "L'histoire de la Ligue des champions appartient désormais au Barça", se félicite Marca, qui en Une titre sur "Une 'remontada' (remontée) pour l'histoire".

Pour As, l'autre quotidien sportif espagnol, "le Barça est entré dans l'histoire, en lettres majuscules". "Le sport réserve des moments historiques qui justifient d'attendre toute une vie", écrit le quotidien sportif.

"Le Paris SG n'oubliera jamais ce qui lui est arrivé le 8 mars 2017 !" (...) à l'issue d'un match pour l'histoire, de ceux qui ne s'oublient jamais", estime de son côté le journal sportif catalan Sport.

En Angleterre, en Italie et en Allemagne, la performance de Barcelone a également été remarquée. "Quelque chose de magique est arrivé. Quelque chose de totalement impensable. Et pourtant, Barcelone l'a fait", relève le Guardian. Pour le Sun, ce qu'a réalisé le Barça est tout simplement "le plus grand comeback de tous les temps".

La Gazzetta dello sport parle "d'une remontée irréelle". Pour Bild, "le miracle du Barça a réellement eu lieu" et c'est "historique".

Vainqueur à l'aller 4-0, le PSG s'est incliné mercredi soir en match retour à Barcelone (6-1) et est éliminé dès les 8e de finale de la Ligue des champions. Le Barça est devenu la première équipe de l'histoire de la Ligue des champions à remonter un 4-0.