Surprise, hier matin, sur le terrain d'entraînement des Diables Rouges. Wesley Sonck, attendu aujourd'hui seulement, avait déjà rejoint ses coéquipiers pour l'entraînement dominical.

«Qui aime s'entraîner un dimanche matin? Moi. Ici, je peux me changer les idées.»

La situation de l'ancien Soulier d'Or n'est, il est vrai, pas très rose à l'Ajax Amsterdam.

«Cela ne marche même plus du tout pour moi, rétorque l'attaquant ajacide. Je n'étais pas sélectionné pour le match contre Feyenoord ce dimanche après midi. C'était la deuxième fois d'affilée que je ne faisais pas partie du noyau de 18. J'estime pourtant posséder suffisamment de qualités pour au moins m'asseoir sur le banc.»

Ronald Koeman, son entraîneur à l'Ajax, lui a pourtant préféré un jeune attaquant de 17 ans, Ryan Babel!

«Beaucoup d'autres joueurs sont étonnés que je sois écarté de la sorte, poursuit l'ancien joueur de Genk, un moment pressenti à Anderlecht pour pallier le départ d'Aruna. Mais c'est le coach qui décide. Il ne m'a donné aucune explication. Et je ne lui en ai pas demandé. Le fait est que je suis ici à Crainhem alors que j'aurais préféré être dans l'ArenA d'Amsterdam. Je ne comprends pas la situation. Cela fait mal. Jeudi, je serai de retour à Amsterdam. Nous jouerons la Ligue des Champions la semaine suivante. La plupart du temps, j'étais titulaire en Coupe d'Europe. J'espère que ce sera encore le cas cette fois.»

En attendant de savoir ce que l'avenir lui réserve, le Diable de 26 ans aux 33 capes espère se remettre en selle avec l'équipe nationale.

«Autant venir ici où l'on m'accueille les bras ouverts, explique Wesley Sonck. Je sens qu'on me fait confiance et qu'on me respecte. N'importe quel joueur a besoin de ressentir cela. J'espère pouvoir jouer ce match important et aider l'équipe de mon mieux. À Amsterdam, je me pose des questions mais pas ici. J'ai toujours joué de bons matches avec l'équipe nationale. Je sais que je n'ai pas perdu mes qualités.»

Il devrait en tout cas avoir l'occasion de le prouver mercredi soir. Le forfait d'Emile Mpenza lui assure pratiquement une place de titulaire.

«C'est dommage qu'il se blesse juste au moment où il décide de revenir, conclut l'auteur du but belge contre la Lituanie. On n'a pas souvent joué ensemble mais nos qualités sont différentes et on aurait pu être complémentaires. Son forfait est une mauvaise chose pour lui et pour l'équipe.»

Reste à espérer que Wesley Sonck utilise son terrain de prédilection pour répondre à Ronald Koeman...

© Les Sports 2004