7e Brève infiltration et tir de De Decker. Carini bloque aisément en un temps et demi.

9e Hempte lance Schepens qui centre au cordeau. Dimbala arrive trop tard pour conclure.

15e Walasiak et Dimvula combinent sur la droite. Le second cité centre. Goossens émerge de la tête devant Cipi pour tromper Herpoel (0-1).

18e Faute de Hempte sur Walasiak quelque peu devant le rectangle. Le superbe coup franc brosséde Walem laisse Herpoel pantois (0-2).

20e Walem lance Vandooren qui centre. Aarst et Walasiak combinent dans une défense passive. L'envoi de Walasiak fait mouche (0-3).

22e Dimbala centre pour Schepens. Dimvula le contrein extremis.

33e Coup franc de Schepens. Le coup de tête de Cipi échoue de peu à côté.

45e Goossens sert Aarst qui tire. Herpoel repousse joliment l'envoi. Vandooren, à la réception, ajuste (0-4).

48e Centre de Peeters: Carini repousse des poings.

64e Obus de Moreira sur les poings d'Herpoel.

68e Mauvaise transmission latérale de Cipi. Dimvula sert Goossens qui marque de près (0-5).

GENTBRUGGE Hier après-midi, dans un stade Otten abasourdi par la passivité blâmable de son équipe, le Standard a mérité ses fidèles supporters, ceux qui l'ont massivement suivi en déplacement tout au long de cette nouvelle saison difficile.

Volontaires, disciplinés, très agressifs dans le bon sens du terme et donc très motivés, les joueurs de Dominique D'Onofrio se sont joués d'une formation gantoise largement absente d'une confrontation à sens unique. «Indépendamment des buts, j'ai apprécié notre prestation collective, sérieuse et rigoureuse, soulignait à juste titre l'entraîneur du Standard. Cette belle disposition d'esprit, collective je le rappelle, nous a permis de dominer notre adversaire pendant septante-cinq minutes, en alternant à bon escient le jeu court et le jeu long. Si Herpoel n'avait pas brillé à deux ou trois reprises, le score eût été plus élevé encore. Walem et Goossens ont livré le match qu'on attendait d'eux. Mais je m'en voudrais de retirer l'un ou l'autre élément. Je me réjouis toutefois de la prestation de mon axe défensif.»

Michel Preud'Homme et Dominique D'Onofrio ne s'étaient pas concertés mais ils professaient la même opinion: «L'équipe a livré la même prestation que contre Genk la semaine dernière. La seule différence est que, aujourd'hui à Gentbrugge, elle a concrétisé les occasions qu'elle s'est ménagées.»

A l'inverse de son adversaire, le Standard n'a donc pas bâclé sa fin de saison. Il partira même en vacances en esquissant un large sourire. Il a largement racheté, au second tour, ses graves défaillances psychologiques d'une première moitié de campagne qui a très vite différé une fois encore ses espérances de rejouer vraiment dans la cour des grands.

Le Standard qui s'est exprimé à Gentbrugge est celui que ses supporters aimeraient applaudir très régulièrement. Sa défense était remaniée mais elle a révélé une complémentarité exemplaire. Sa ligne médiane active, entreprenante et équilibrée, a avalé le secteur adverse. Seul petit regret liégeois sans doute: Aarst n'a pas marqué. «Ole Martin est fatigué », observe son entraîneur. Peut-être, mais il affiche toujours le même esprit d'équipe exemplaire.

© Les Sports 2003