Il faudra battre la Tunisie
© BELGA

Football

Il faudra battre la Tunisie

CHRISTOPHE BERTI

Publié le - Mis à jour le

ENVOYÉ SPÉCIAL À KUMAMOTO

Fatigués et tendus, les Diables rouges ont retrouvé hier leurs pénates, dans la banlieue de Kumamoto. Fatigués par les séquelles du match de la veille à Saitama et d'un voyage entamé très tôt le matin et qui a duré plus de cinq heures. Et tendus à cause de la manière très hétéroclite dont tout un chacun aura analysé leur performance lors du match d'ouverture. Quelque peu irrité par ces critiques, Robert Waseige tenait à confirmer ses propos de la veille et à les amplifier de manière nette. `Je le répète: je suis satisfait. Il y a bien deux ou trois points sur lesquels je ne peux pas être entièrement comblé, mais c'est de la cuisine interne. Je tiens à féliciter mon groupe pour sa force mentale. Dans les mêmes conditions, à 2-1, 90pc des équipes ne seraient pas revenues. Nous avons eu la réaction qu'il fallait face à la plus forte des équipes asiatiques, des équipes qui jusqu'ici, la Corée l'a également prouvé, se comportent plutôt bien. J'estime qu'on n'a pas mal joué du tout. D'ailleurs, la presse étrangère ne tarit pas de louanges à notre propos. Ça fait plutôt plaisir.´

En dehors de cette petite attaque en douce sur la presse nationale, le coach fédéral insiste à nouveau sur l'efficacité retrouvée de son équipe. `Certains se sont posé des questions parce que soi-disant, on jouait sans vrai attaquant, mais je ne peux que constater qu'on a inscrit deux nouveaux buts. Et en déplacement. Une équipe qui marque et qui se crée des occasions ne se porte pas si mal que cela...´

Faire la différence

Robert Waseige et ses joueurs n'ont pas assisté en direct télévisé à la victoire des Russes sur les Tunisiens, puisqu'ils étaient à l'entraînement au même moment. Mais ils visionneront évidemment la cassette en fin de semaine. Ceci dit, pour le futur entraîneur du Standard, la victoire russe ne change pas grand-chose à la donne préétablie. `Je savais avant le match que pour participer aux huitièmes de finale, il faudrait battre la Tunisie. J'en ai la confirmation aujourd'hui. Nous n'avons pas le choix, même si je sais qu'il ne suffira pas de paraître pour vaincre et si j'avoue que le rôle de favori n'est pas celui qui nous convient le mieux. Il faudra faire la différence, quelle que soit la manière.´

On ne peut s'empêcher de faire quelques pronostics, évidemment, sur l'équipe qui sera alignée lundi à Oita. On voit mal, alors que la victoire est indispensable, les Diables évoluer à nouveau avec des médians défensifs. Vanderhaeghe pourrait donc être sacrifié au profit d'un attaquant supplémentaire, avec Verheyen qui glisserait alors à droite et Sonck aux côtés de Wilmots en pointe? `Cela n'a aucun sens de parler de tout cela aujourd'hui. Je dois d'abord évaluer sérieusement l'état des blessés et savoir si je suis déçu ou pas de quelques rendements individuels. Encore faut-il que le remplaçant évolue dans un registre supérieur. Mais tout cela, c'est une théorie du café du commerce. Si Glen De Boeck est guéri, il repose sa candidature à une place de titulaire, comme avant le premier match. Mais il n'y a pas dans mon groupe une hiérarchie préétablie et immuable des titulaires et des réservistes.´

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous