"Un naufrage": le journal AS n'y va pas par quatre chemins pour qualifier le match d'Eden Hazard jeudi soir à Malaga (défaite 1-2 des hommes de Zidane, qui ne disputeront donc pas la finale face au Barça dimanche). Même s'il n'est probablement pas le seul coupable de cette prestation terne, les critiques étaient une nouvelle fois dirigées vers le numéro 7 de la Casa Blanca. 

Désormais, il semble que plus rien ne lui sera épargné, pas même un retour sur les terrains après une énième blessure. "Zidane a changé ses plans pour qu'il puisse bénéficier de plus d'espace sur le terrain, mais il a été à peine présent", poursuit le journal espagnol, qui s'étonne de ne voir "aucun signe du joueur qui avait émerveillé la Coupe du Monde 2018 avec la Belgique ou qui avait brillé en Europa League avec Chelsea en 2019."

La liste des reproches est longue: "Aucune influence dans le jeu, incapable de générer des situations dangereuses, fade, et une tendance à disparaître au fil des minutes." Même si le journal reconnaît qu'il n'a pas été épargné par les blessures, il y a quand même des signes d'inquiétude. "Cela va de mal en pis". Et de conclure: "Pour le moment, il n'a pas sa place au Real Madrid."

Si AS s'est montré sévère, le quotidien Marca a été plus indulgent pour juger la prestation du Diable Rouge. "Dans une position nouvelle plus à l'intérieur du jeu, Hazard a réussi à se procurer des occasions et mettre le gardien Unai Simon en difficulté. Dans ce nouveau rôle, il était actif mais Zidane a retrouvé son schéma habituel après 25 minutes. Après cela, il n'a provoqué que le jaune de Capa à la 56e et Zidane l'a sorti à la 67e alors qu'il était le plus en vue". A l'heure de jeu, le Belge a servi parfaitement en retrait Asensio qui a trouvé le poteau, signe qu'il montait en puissance au fil de la deuxième période. 

"Il n'a pas compris qu'il était au Real"

Le cas Eden Hazard a aussi fait parler de lui sur le plateau d'After Foot, jeudi soir sur RMC Sport. "Il y a pire que les critiques, il y a une forme d'indifférence", estime Fred Hermel, correspondant pour L'Equipe en Espagne. "Il n'a pas compris qu'il était au Real et qu'il était en Liga espagnole. Ici, cela ne suffit pas d'être fort techniquement, il faut aussi être fort physiquement."

Néanmoins, personne ne voulait toutefois enterrer notre Diable rouge, à commencer par Jérôme Rothen, qui estime qu'il a trop de qualités pour ne pas s'imposer. 

"Et il y a un mec qui y croit encore, c'est Zidane", a ajouté Hermel. "Il est très apprécié dans le vestiaire, il travaille bien à l'entraînement, ... Tu vois aussi qu'il voit mieux le football que les autres". 

Zidane: "Il faut y aller doucement avec Eden"

Car oui, heureusement pour le Brainois, un homme est toujours prêt à prendre le vent de face pour le défendre. Zinédine Zidane ne voulait pas l'enterrer après la rencontre. "Il faut y aller doucement avec lui", a expliqué l'entraîneur français en conférence de presse. "Il lui faut récupérer un peu de confiance, faire un bon match, marquer un but... Ça se fera petit à petit. On sait le joueur qu'il est, il faut garder patience. Les gens veulent voir la meilleure version d'Eden, mais il faut y aller doucement avec lui."