La contre-performance réalisée par Bruges dans le 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions laissera sans doute un goût amer dans la bouche de tous les supporters des Blauw en Zwart. Pourtant, au lendemain de cette élimination, Marc Degryse affirmait haut et fort qu'elle n'engendrerait pas de révolution au sein du club phare de la Venise du Nord.

«Evidemment, nous sommes déçus par l'élimination mais je pense que nous avons perdu toutes nos chances de qualification en Ukraine en ne parvenant pas à ramener un bon résultat de ce déplacement, explique l'ancien Soulier d'Or. Il faut être honnête, sur l'ensemble des deux matches, le Shakhtar nous était supérieur dans bien des domaines. C'est le sport et il faut l'accepter.»

D'autant que tous les espoirs européens ne se sont pas envolés pour les Brugeois, qui participeront à la nouvelle formule de la Coupe de l'UEFA, dont le tirage aura lieu aujourd'hui à Monaco.

«Ce sera un test pour l'UEFA mais aussi pour nous, estime le directeur sportif du club. On attend de voir comment vont réagir nos supporters.»

Mais la question qui vient directement à l'esprit après l'élimination, c'est de savoir quelles seront les conséquences financières et sportives de ce faux pas continental.

«La manne financière dont nous serons privés va évidemment entraîner quelques modifications dans nos plans mais il ne faut pas parler de révolution, assure l'ancien Diable Rouge. En tout cas, sur le plan des transferts, il sera difficile d'attirer de nouveaux joueurs ou de susciter l'intérêt des grands clubs sans participer à la C 1. Mais je reste malgré tout confiant pour la suite de notre aventure. Nous possédons un groupe jeune et plein de qualités qui sera capable de redresser la tête.»

Quant à l'avenir de Trond Sollied après cette contre-performance, Marc Degryse joue la carte de la prudence: «Notre entraîneur est sous contrat jusqu'en 2006 et pour le moment, il n'y a pas de raison que ce bail soit rompu. En ce qui concerne l'élimination, il faut être réaliste, nous ne sommes pas en mesure de participer, tous les ans, à la C 1 et nous n'avions pas mis de pression particulière sur les épaules du coach à ce sujet.»

L'élimination passée, il faut maintenant se concentrer sur l'UEFA... et sur le Lierse, que les troupes de Trond Sollied accueilleront samedi.

© Les Sports 2004