LA LOUVIÈRE Le Tivoli est toujours en chantier mais les fondations sont toujours bien en place. Samedi soir, il fallait qu'il en soit ainsi car le douzième homme louviérois s'est vraiment fait entendre pour aider son équipe à renverser une situation compromise rapidement. La Louvière, version Cartier, c'est un bloc homogène qui parvient à allier le dur labeur de défense et une technique bien au-dessus de celle qu'on avait connue jusqu'ici dans le Centre. En définitive, sans qu'elle se mette une pression énorme, c'est peut-être cette équipe louviéroise qui constituera une grande surprise dans ce championnat.

Surprise car beaucoup la vo- yaient dans les tréfonds du classement après la période de préparation. Certaines situations s'étaient répétées et elles n'incitaient guère à l'optimisme. Comme les débuts de match manqués, et l'obligation souvent de courir rapidement après le score.

La rencontre de samedi n'a pas échappé à cette mauvaise règle. Après un avertissement sans frais, le jeune Stijn De Smet trompait Proto d'une tête croisée imparable pour le portier local. On ne jouait que depuis six minutes, et c'était la stupeur. On sait que les hommes de Cartier ont des ressources mais ils passèrent très souvent tout près de la correctionnelle. De Smet, âgé seulement de 19 ans, constituait un véritable poison pour les Loups, et plus spécialement pour leur flanc droit qui était régulièrement débordé. Vitesse, puissance, précision et clairvoyance, l'attaquant brugeois a certainement un gros potentiel à entretenir dans les mois qui viennent.

La Louvière réagissait néanmoins avec un Murcy toujours aussi performant à la course mais la finition faisait défaut. Et quand le plus dur semblait fait, une faute intelligente (parfois même pas !) venait enrayer l'action. Avec la bonne volonté de M.Colemonts qui n'était pas toujours logique avec lui-même. Com- me lorsqu'il accorda un coup franc à la limite du rectangle à Murcy, sans sortir la moindre carte à De Wulf, pourtant dernier homme.

Si le défenseur brugeois y avait échappé une fois, il était sanctionné plus sévèrement à la seconde. Quelques minutes avant l'heure de jeu, l'intenable Murcy y allait d'un relais avec Ishiaku qui mettait la défense côtière hors position. La seule solution était la faute et Ishiaku transformait son deuxième penalty de la saison.

L'entrée au jeu de Djebbour fut décisive. Quelques minutes seulement après être monté au jeu, l'ancien joueur d'Auxerre exploitait au mieux un excellent travail de Toyes pour faire trembler le stade. Émotion bien évidemment quand on sait que le dernier transfert louviérois est perturbé (et on le serait à moins) depuis l'accident de moto de son frère qui est toujours plongé dans le coma.

Vervalle contribua lui aussi à la victoire en étant un poison pour les défenseurs brugeois, mais c'est Silvio Proto qui s'érigea en héros en sortant plusieurs ballons brûlants dans les dernières minutes. Le succès avait été collectif, d'un bout à l'autre du terrain. Oui, cette équipe-là surprendra encore.

par Bram Vandenbussche) dans les rangs de la Raal. (BELGA)

© Les Sports 2004