ÉCLAIRAGE

CONSULTANT

Pour certaines équipes, la trêve hivernale correspond chaque saison à un voyage d'agrément sous des cieux plus cléments. Rien de tel qu'un peu de soleil et de douce lumière pour s'ébattre sur un gazon non maudit par les rigueurs d'un hiver piquant.

Pour les moins fortunées d'entre elles, obligées de rester au pays, il restera à revêtir quelques tenues de circonstance pour affronter les dures réalités d'un sport que tous ne maîtrisent pas avec grande aisance: le football sur glace.

Ce week-end (on peut l'affirmer sans grand risque d'être contredit par un seul des joueurs en action), aucun terrain de l'élite n'était digne d'accueillir une rencontre dans de parfaites conditions de sécurité.

Les moins bien lotis d'entre tous étant ces pauvres gardiens de but, obligés de surveiller autant le ballon que leurs arrières par manque d'appuis et réduits à se glisser dans la peau de joueurs de football en salle, habitués, eux, à côtoyer le béton de près.

Seule exception à ce tableau en forme de patinoire, le report de la rencontre devant opposer Westerlo au Sporting d'Anderlecht. Ni plus, ni moins gelé qu'un autre, le terrain fut cependant jugé inapte à la pratique du foot.

Il est vrai que l'équipe du Sporting, par la grâce d'un magnifique parcours en Ligue des Champions, est parsemée de stars à la valeur sans cesse croissante et que le club mauve peut également compter sur certaines voix dirigeantes qui ne manquent jamais une occasion de faire savoir à tous qu'il dispose d'un poids certain sur l'ensemble de la compétition belge.

De plus, et après le nul brugeois sur ses terres (gelées) contre Mouscron, il n'était pas question de prendre le moindre risque en quête d'un titre à nouveau promis. Que pourrait apporter le géant Koller, aux poumons d'acier et à la tête de fer, avec de tels atouts sous congères ? Il valait donc mieux laisser la première place quelque temps encore au frigo pour jouir plus tard, et dans de meilleures conditions, d'une nouvelle course au sommet

Un renoncement sans doute quelque peu calculé donc!

Pour les vaincus de ces joutes inégales, il restera à invoquer l'état d'une surface impraticable au beau jeu. Qu'ils se souviennent qu'ils furent 22 à partager cet enfer et que les arbitres ainsi que les spectateurs furent également mis à rude contribution.

Le foot sur glace doit se préparer comme un sport à part. Voilà pourquoi, seules deux équipes (le Lierse et le Standard) sur les onze s'étant retrouvées sous les vents chauds de l'hiver hors frontières, ont débuté par une victoire Anderlecht jouera plus tard!

© La Libre Belgique 2001