© AP

Football

Indécision totale avant le retour

F.M.

Publié le - Mis à jour le

La Ligue des Champions a enfin repris ses droits hier. Les huitièmes de finale de la plus prestigieuse et rémunératrice compétition européenne ont livré leurs premiers enseignements hier.

Exit donc les clubs qui ont pimenté le début de la saison, ont fait vaciller les grands d’Europe, sans véritablement les faire tomber. Maintenant, ce sont les gros bras qui s’affrontent. La meilleure preuve est que le huitième de finale entre aurait tout aussi bien pu être la finale.

En effet, l’Inter Milan et Manchester United, champions en titre, étaient opposés en Italie, à San Siro.

La soirée , à suspense, ne permit pas de dégager de favoris pour les matches retour. Seul Arsenal a battu l’AS Rome (1-0), alors qu’Inter-MU (0-0), Lyon-Barcelone (1-1) et Atletico-Porto (2-2) se sont terminés sur des matchs nuls.

Les "Red Devils" justifiaient dès le départ leur statut de favoris de la rencontre en prenant les Italiens à la gorge, Cristiano Ronaldo se mettant plusieurs fois en évidence, comme Berbatov, sans toutefois réussir à ouvrir la marque.

Les Italiens entamaient la seconde période avec de meilleures intentions, Ibrahimovic se rappelant aux bons souvenirs de Van der Sar mais rien n’y fit, malgré les nombreux essais.

Les trois autres rencontres de la soirée consitutaient d’autres belles affiches.

Barcelone se rendait en effet à Lyon. Maître d’œuvre concernant les coups francs, Juninho sévit encore en trompant la vigilance d’un Valdes sortit bien imprudemment de ses cages. Les Lyonnais faisaient ensuite le dos rond face à l’armada espagnole mais devaient baisser pavillon sur une tête plongeante de "Titi" Henry. Riche en occasions, la rencontre n’allait toutefois pas livrer de vainqueurs.

De son côté, Arsenal recevait l’AS Rome. Dans leur antre, les "Gunners" se sont révélés intraitables. Etouffant leurs adversaires, ils ont pris l’avantage en première période grâce à une réalisation de Van Persie, sur penalty. Cette dernière fut la seule du match, Arsenal avait tout de même conquis l’essentiel.

Enfin, l’Atletico offrait l’hospitalité au FC Porto. S’ils ont pris par deux fois l’avance, les Espagnols n’ont pas réussi à faire le break et ont même, à chaque fois, été repris par le FC Porto. Vainqueurs de l’épreuve en 2004, les Portugais peuvent remercier Lisandro, auteur d’un doublé.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous