"Le football sans les supporters, ce n'est pas la même chose, mais la santé est plus importante", a déclaré Infantino, dont les propos ont été rapportés par les médias italiens. "Il faudra voir ce qu'il se passera au cours des prochaines semaines. Il est évident que notre objectif est de ramener les supporters et la joie dans les stade, mais sans fixer de délais ou mettre de pression."

Infantino a également évoqué la problématique du nombre de matchs joués durant la saison, à la suite de la grave blessure subie par l'international italien Nicolo Zaniolo, victime d'une rupture du ligament croisé du genou lors du match de Ligue des Nations aux Pays-Bas.

"Quand il y a ce genre de blessure, on se pose des questions, si c'était juste ou non de jouer. Je pense que nous devons apprendre de ce genre de situations et réfléchir sur le format, réduire le nombre de matchs en nous concentrant sur les plus importants. Le problème, c'est qu'à peine tu retires une rencontre, quelqu'un d'autre en place une autre. Il faut une réflexion globale", a ajouté Infantino, soulignant "qu'il n'y a qu'en Europe qu'on a joué" ces derniers jours.

Le président de la fédération internationale en a profité pour indiquer qu'il donnerait son feu vert à la poursuite la saison prochaine en Italie des cinq changements possibles en match. Cette mesure mise en place par la FIFA afin de limiter le risque de blessures pour les joueurs soumis à des cadences infernales après la pause liée au coronavirus a été prolongée cette saison pour les championnats qui le souhaitent.

"Dans cette situation particulière, les cinq changements sont une très bonne solution. Ça va être appliqué jusqu'à la fin de la saison, pour l'avenir, nous verrons", a souligné Gianni Infantino.