ENTRETIEN

Après des semaines et des semaines de discussions, le transfert de Christophe Grégoire à Gand s'est enfin réalisé, hier après-midi. Représenté par son manager Freddy Luyckx, Grégoire y a signé un contrat de 4 ans. La somme de transfert avoisine les 200000€, soit 100000€ de moins que ce qu'Anderlecht avait payé à Mouscron. Aujourd'hui, il sera déjà à l'entraînement. Le week-end prochain, il pourra débuter contre le Cercle de Bruges.

Christophe Grégoire, vous n'avez jamais pensé que le transfert ne se ferait pas?

Ça commençait à devenir agaçant, parce que je n'avais pas les cartes en mains. Anderlecht a longtemps refusé la proposition de Gand. D'un côté, je comprenais le Sporting: ils avaient payé 300000€ en janvier. D'un autre côté, ils n'avaient quand même plus besoin de moi.

Vous avez perdu plusieurs semaines.

De toute façon, cela fait déjà des mois que je perds mon temps à Anderlecht. Je ne jouais pas, donc je ne me faisais pas voir, donc je me faisais oublier. Je ne crois pas que j'ai perdu mes qualités ou mon rythme. Je ne pouvais même plus jouer en réserves, mais un entraînement en équipe A m'apportait plus qu'un match en équipe B. D'ailleurs, ma condition n'a jamais été si bonne que maintenant. Oui, ça faisait mal de me trouver dans cette situation, car Vercauteren ne m'a pas laissé la chance de montrer ce que je pouvais lui apporter.

Vous regrettez d'être venu à Anderlecht?

Non. Qui n'aurait pas rêvé de jouer à Anderlecht? Mais jamais, je n'aurais imaginé que cela irait mal à ce point-là. On m'a fait sentir que je n'étais plus désiré. Après mes deux premiers matches, tout le monde disait que le problème sur le flanc gauche était résolu. Je suis fier d'avoir pu jouer à Anderlecht. Mais je n'étais pas fier d'être Anderlechtois du groupe B. J'aurais de loin préféré jouer à Mouscron A qu'à Anderlecht B.

© Les Sports 2005