Auteur de sa septième réalisation de la saison, le meilleur buteur rouche ne savoure même pas son succès actuel comme un acte de revanche. En début de saison, l'attaquant du Standard avait préféré décliner les propositions de location de La Louvière et du Brussels qui avaient été formulées auprès de la direction liégeoise pour essayer de se forger une place au soleil dans l'effectif rouche. «J'espère avoir fait le bon choix, s'exclame-t-il. Je n'ai, en tout cas, pas prêté trop attention à tout ce qui se tramait à mon sujet. J'avais demandé un délai de réflexion et, en finalité, je jugeais utile de rester au Standard. La saison dernière, après un bon début de saison, mon élan fut stoppé par une pubalgie qui m'écarta des pelouses durant tout le second tour. J'ai bien essayé de revenir dans le parcours mais ma titularisation à Charleroi fut prématurée. Je n'étais pas guéri.»

«Mémé» Tchité ne voulait pas laisser passer l'aubaine de s'imposer dans un noyau de D 1 après avoir été testé, sans succès, par le Sporting Anderlecht. «J'ai effectivement été testé avec les réserves du RSCA, remarque-t-il. J'ai même participé à une joute amicale au cours de laquelle j'inscrivis un but. C'était Vincent Kompany qui me délivra l'assist. Voilà trois ans que je milite au Standard. Je sais que ma marge de progression est encore grande. C'est la raison pour laquelle j'écoute attentivement les conseils de mes entraîneurs afin de corriger mes défauts.»

Et «Mémé» Tchité sait qu'il peut encore progresser dans le domaine de la finition. Car même s'il inscrivit le premier but des siens samedi à Bruges, il aurait certainement pu améliorer son score personnel avec un zeste de lucidité supplémentaire. Et les occasions de s'illustrer se feront beaucoup plus rares mercredi à l'occasion de la venue du Club Brugeois à Sclessin.

«Nous aborderons ce match comme les autres, assure l'attaquant du Standard. Certains estiment que le moment est idéal pour accueillir les champions en titre. Personnellement, je n'ose me prononcer à ce sujet car nous avons pris l'habitude, désormais, de prendre les matches les uns après les autres. Sans aucune pression particulière.»

Car même s'il peut encore progresser, «Mémé» Tchité est conscient de ses possibilités. Des possibilités qui pourraient, selon Aimé Anthuenis, bientôt lui ouvrir les portes de l'équipe nationale. «J'ai demandé ma naturalisation, assure-t-il. Ce compliment m'honore d'autant qu'il provient de la bouche d'un grand entraîneur. Il me donne envie de me surpasser encore un peu plus...»

© Les Sports 2005