Difficile, hier matin, de ne pas évoquer l'exclusion de Cédric Berthelin. Même si celle-ci n'a pas induit directement la défaite de l'Albert puisque le score avait déjà tourné à l'avantage du Cercle, la nouvelle mésaventure du gardien français était au centre des débats.

Fidèle à ses habitudes, le Nordiste n'a pas cherché de faux-fuyant. "Je suis responsable et je ne blâme pas Roberto car si je n'étais pas sorti et qu'il m'avait calmement remis le ballon, tout ça ne serait pas arrivé. En fait, j'ai voulu intervenir en dehors de la surface et j'ai crié "laisse" à "Robby" qui a quand même dévié le ballon. Prendre le ballon fut un réflexe malheureux mais je voulais aussi éviter le 0-2. J'ai voulu bien faire, mais cela a eu des conséquences malheureuses. Avant ça, sur le 0-1, j'avais déjà touché le ballon de la main. C'est un match que je ne devais pas finir !"

S'il a quitté le terrain prématurément, le capitaine montois fut aussi le premier à quitter le Tondreau, peu après être rentré au vestiaire. "Je n'en voulais pas à la terre entière, juste à moi-même, mais il est clair qu'il ne fallait pas m'ennuyer car j'étais vraiment effondré et j'ai préféré suivre la fin du match à la radio. Les "anti-Berthelin" n'auraient pas manqué de me chercher des noises... C'est difficilement explicable car ce n'est pas l'image que je veux donner. En clair, j'ai la tête dans le sac et je ne trouve pas la solution pour en sortir. Ce qui me gêne le plus, c'est que ça met le club en péril."

Pour on ne sait quelle raison, le gardien français ne retrouve pas le niveau qui fit de lui un des meilleurs derniers remparts de Belgique avant la relégation du Matricule 44 en D2. À Mons, le contexte l'entourant devient doucement insupportable. "Ça devient plus qu'une évidence : je vais devoir trouver quelque chose au mercato. Je pense que c'est ce qui va m'être dit dans les prochains jours. C'est un secret de polichinelle. Je n'ai pas envie de mettre l'équipe en danger par des faits de match qui coûtent des points. Pour moi, la seule satisfaction de la soirée fut la prestation de Charly. Tant mieux, c'est un garçon que j'apprécie."

Touchante, la marque d'affection est aussi paradoxale.