Le sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw respire la confiance à la veille de la finale du Mondial de football contre l'Argentine dimanche à Rio. "Ce sera un match dur, mais on a le bon dosage de confiance. On a du respect, mais on n'a pas peur. Si nous appliquons nos qualités, alors nous gagnerons", a confié Löw, 54 ans. "Nous avons vu que l'Argentine dans cette compétition a été très forte, avec une organisation compacte, bien mieux organisée et forte défensivement qu'en 2010. Il n'y a pas seulement Messi, si on pense ça on fait une erreur. Ils ont beaucoup de joueurs forts dans le secteur offensif, Higuain, Di Maria, Agüero. Tout ne dépend pas de Messi, même si c'est un joueur qui peut toujours faire la différence, à chaque match. Ce sera un match intense, avec beaucoup de combat. Le match conte le Brésil ne doit pas être pris comme référence. L'Argentine est très différente, elle récupère bien les ballons et contre très vite. Elle peut très bien mettre la pression sur l'adversaire et venir haut, mais aussi reculer et depuis la défense lancer des Messi, Higuain, Di Maria, qui peuvent très vite se projeter vers l'avant. L'Argentine peut jouer à 8 ou 9 derrière et contrer très vite. Nous devons être prêts à tout."

Bastian Schweinsteiger, le milieu de terrain allemand respire une confiance identique. "J'ai un bon pressentiment. Je suis certain que nous allons montrer notre meilleur football. Si nous sommes tous au sommet, nous avons une équipe de classe mondiale", a déclaré le joueur du Bayern qui a reconnu les mérites de l'entraîneur néerlandais Louis Van Gaal et espagnol Pep Guardiola, ancien et actuel coach du Bayern, dans les bons résultats allemands. "Avec ces entraîneurs, notre horizon s'est élargi."

Schweinsteiger n'en demeure pas moins prudent car il redoute des joueurs comme Lionel Messi, Sergio Agüero et Javier Mascherano. "Mascherano est le leader d'une meute de loups", a jugé Schweini.