© BELGA

Football

Karama et Notaro devront s'entendre

Jean-François Prévost

Publié le - Mis à jour le

Khalid Karama et Mario Notaro, qui avaient pris leurs nouvelles fonctions la veille au pied levé, ont dirigé l'entraînement de mercredi matin à Marcinelle: `Nous nous sommes mis au travail comme la situation le dictait´, nous a expliqué Karama, celui qui était responsable des espoirs carolos... et qui tentera de cumuler ses activités tant que ce sera possible. `Je n'ai pas grand-chose à ajouter par rapport à ce que j'ai dit mardi midi quand la décision est tombée. D'ailleurs, même si, d'aventure, nous avions d'autres convictions qu'Etienne Delangre, nous n'avons pas eu le temps de préparer cette séance. J'ajouterai que les joueurs ont évolué dans un bon contexte.´

Avec Mommens

Khalid Karama a, semble-t-il, pris les initiatives:

`On n'efface pas quatre mois de vie commune d'un coup mais nous devons assurer l'intérim de notre mieux avec l'appui d'un groupe qui recèle les qualités pour réussir. Nous avons besoin principalement de calme et de sérénité après tous les remous qui ont secoué un club qui mérite mieux que son sort actuel. Et ceux-ci ne datent pas d'aujourd'hui!´ L'entraîneur bruxellois se veut clair: `Je ne me sens pas précisément dans la peau de l'entraîneur du Sporting de Charleroi, dans la mesure où la mission qui nous est confiée relève d'un intérim. Notre rôle consiste à mettre en place les conditions qui faciliteront au maximum le travail du successeur d'Etienne Delangre. En outre, nous devons, Mario Notaro et moi- même, apprendre à mieux nous connaître tandis que je souhaite un relais étroit avec Raymond Mommens, qui avait réalisé de l'excellent travail à Alost. De toute façon, notre seul souci est de parvenir au maintien, si bien que nous devons réunir tous les moyens pour assurer l'essentiel.´

Sur un pied d'égalité

Abbas Bayat nous avait confié que Khalid Karama et Mario Notaro étaient sur un pied d'égalité, c'est-à-dire qu'il n'y avait ni entraîneur principal, ni adjoint, mais une direction sportive du groupe à deux têtes: `Il n'est, à mon sens, pas possible d'oeuvrer avec deux décideurs, si bien que le président devait impérativement définir les rôles´, explique encore l'ex-adjoint d'Etienne Delangre. Mais Abbas Bayat n'a pas tranché: `Je sors d'un moment difficile parce que je devais prendre une décision pour ne pas laisser Etienne Delangre dans la situation qui était la sienne. Dès lors, je n'ai pas réfléchi à ce qui se passerait ensuite.´

Les deux entraîneurs devront donc s'entendre et il n'y a pas de raison pour qu'il en soit autrement. `Notre unique objectif commun et immédiat, disent-ils de concert, c'est d'améliorer le rendement de l'équipe en attendant que le président prenne une autre option´, insiste Khalid Karama.

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous