Les Diables Rouges retrouveront leurs installations de Crainhem cet après-midi. Le stage à la Côte s'est achevé hier matin par un entraînement de 70 minutes. La séance aura été encore plus brève pour Vincent Kompany, arrivé sur le terrain de Coxyde avec une demi-heure de retard, suite à des problèmes d'estomac. Mais, pas de panique, il tiendra sa place dans l'axe de la défense face à l'Espagne. Une première titularisation en match de qualification pour celui qui compte déjà six capes - cinq matches amicaux et une entrée au jeu lors de la première rencontre des éliminatoires contre la Lituanie. Une première, également, aux côtés de Daniel Van Buyten. «J'ai déjà connu beaucoup de premières en un an et demi », commente le prodige de 18 ans. «J'ai évolué avec beaucoup de défenseurs différents, sans problème. C'est une première de plus mais pas une pression supplémentaire.»

Aimé Anthuenis l'a répété: il mise sur la complémentarité de ses joueurs pour élaborer son équipe. Un critère qui semble encore plus important au sein d'une défense où Big Dan et Vince devront rapidement trouver leurs marques. «On a chacun notre style et il est clair que certains de mes défauts peuvent être compensés par certaines de ses qualités, et inversement, poursuit Vincent Kompany. Aucun joueur n'est parfait. Mais comme je m'abstiens de commenter mes qualités, je ne souhaite pas non plus parler de mes défauts.» (sourire) Un indice sur cette complémentarité, cependant, dans les propos du sélectionneur fédéral: à la question de savoir si l'Anderlechtois pouvait jouer dans l'entrejeu comme à la fin de la rencontre face à la Lituanie, Aimé Anthuenis avait répondu que la Belgique «aura besoin de la vitesse de Vincent en défense».

Les Espagnols miseront davantage sur leur technique et leur rapidité que sur leur physique, comme l'ont fait les Allemands, les Norvégiens ou les Lituaniens pour inscrire beaucoup de buts sur phase arrêtée, notamment: «Pratiquement tous les entraîneurs privilégient le marquage individuel. S'il y a un malentendu, cela porte préjudice à toute l'équipe. Je ne pense pas que cela survienne suite à un problème de communication. Les consignes sont données avant le match et chaque joueur sait, au préalable, quel adversaire il doit tenir. Cela pose un problème à partir du moment où on perd un duel.» Surtout que, sur les phases arrêtées, ce ne sont pas uniquement les arrières qui sont appelés à défendre: «Ce n'est pas un problème, chaque joueur doit être capable de protéger son but. On parle de marquage individuel mais c'est un travail collectif. On éprouve des difficultés à appliquer la consigne pour le moment. Il n'y a pas de solution miracle: il faut être bien concentrés et plus sec sur ce genre de phase.»

Pour le reste, Vincent Kompany préfère se concentrer sur sa propre préparation plutôt que d'analyser les qualités adverses: «J'ai déjà joué beaucoup de matches de haut niveau et je sais que, si je suis en forme, je suis capable d'être à la hauteur.»

© Les Sports 2004