Lorsqu’il a inscrit son but qui scellait définitivement la belle victoire des Diables contre l’Écosse, Vincent Kompany est demeuré longtemps étendu de tout son long sur la pelouse du stade Roi Baudouin, écrasé par ses équipiers. Les caméras ont débusqué son visage : Vincent irradiait littéralement.

En bon capitaine, le défenseur de Manchester City ne s’appesantissait pas excessivement sur sa réussite personnelle. “Ce but restera, je l’espère, comme un des goals les plus importants de ma vie de Diable rouge. J’ai été surpris que mon adversaire me laisse me tourner. Quand je me suis retrouvé face au but, je savais que je devais frapper.”

Comme précédemment, il dédiait son but et la victoire des Diables à ce merveilleux public définitivement reconquis : “Je suis fier de cette osmose entre nous, les joueurs et les supporters. Cela montre que le pays est grand, que le pays est beau. Je n’oublie pas que ce public a commencé à nous faire confiance avant que nous engrangions des résultats”.

Vincent Kompany n’avait jamais douté, lui non plus : “L’Écosse était comparable au pays de Galles mais on s’est montré plus dominants. Notre atout est de pouvoir compter sur des joueurs qui font la différence en montant au jeu. Je suis content que nous ayons gardé le zéro derrière : c’est la preuve que nous sommes devenus très patients, très matures. Nous voulons remporter la première place de notre poule. Nous avons les qualités qui nous permettent d’y croire.”