Liverpool et le Milan AC, les protagonistes de la plus folle des finales de la Ligue des champions il y a deux ans, se retrouvent mercredi soir à Athènes pour une revanche de l'édition 2005, dont le sacre s'était décidé à Istanbul.

Mené 3-0 à la mi-temps sur la pelouse turque, Liverpool avait égalisé en six minutes en deuxième période pour finalement l'emporter aux tirs au but.

"Si l'une des équipes concède trois buts, ce sera très difficile. Je ne pense pas que ça ressemblera à la fois dernière", a prédit Rafael Benitez, l'entraîneur des "Reds".

"Cette finale 2005 restera comme ma plus grande soirée de footballeur", avoue John Arne Riise, le latéral gauche norvégien de Liverpool, qui avait disputé les 120 minutes de la finale. "Du match, je ne me rappelle de rien. C'est après les tirs au but que j'ai réalisé. Remporter la Ligue des champions est extraordinaire."

Kaká, le meilleur atout

Si Steve Gerrard avait été le joueur providentiel de son équipe en marquant il y a deux ans le but de l'espoir, cette année l'homme du match pourrait être Kaká. Le meneur de jeu brésilien est le meilleur réalisateur de la compétition avec 10 buts au compteur, soit à deux longueurs du record de Ruud van Nistelrooy, les 12 buts inscrits par le Néerlandais en 2002-2003. Les trois buts de Kaká en demi-finale ont atomisé Manchester United.

"Le match le plus important de ma vie est toujours le suivant. En ce moment, c'est Liverpool", a déclaré le Brésilien qui a été sacré champion du monde avec le Brésil en 2002.

"Il est le meilleur joueur du monde avec Ronaldinho", a déclaré Pelé. "Il ressemble à Johan Cruyff. Il possède la vitesse, la vision du jeu et quand il prend son envol du milieu de terrain, il est difficile à arrêter".

Kaká, dont le club pourrait succéder au palmarès au Barcelone de Ronaldinho, tient Gerrard, le capitaine de Liverpool, en grande estime.

Le scandale du Calcio est loin

"C'est un joueur moderne, qui court, marque, délivre des passes décisives et est un leader. Il fait partie des joueurs que j'aimerais avoir dans mon équipe", avoue-t-il. Kaká peut compter sur un autre phénomène, l'expérimenté Clarence Seedorf, seul joueur à avoir remporté trois Ligues des champions avec trois clubs différents : l'Ajax d'Amsterdam, le Real Madrid et Milan AC.

Carlo Ancelotti, le coach milanais, devrait préférer Inzhagi à Gilardino pour jouer en pointe, alors que Benitez devrait trancher entre le grand Crouch ou le rapide Bellamy pour épauler Kuyt en attaque.

Déclassés l'an dernier en Série A pour participation à des matches truqués, condamnés à débuter le championnat avec huit points de pénalité la saison dernière, les "Rossoneri" sont des rescapés. Ils n'auraient vraisemblablement jamais dû participer à la Ligue des champions cette saison. Mais ils avaient pourtant été autorisés à disputer le tour préliminaire face à l'Etoile Rouge de Belgrade avant d'enchaîner un parcours somptueux.

"Notre motivation est d'être en finale et d'avoir une chance de remporter la Ligue des champions", estime Kaká, dont le club pointe à 33 longueurs de l'Inter de Milan en Série A.