»Non le chapitre Emile Mpenza n'est pas terminé pour ce qui concerne Schalke », a déclaré Rudi Assuer, le manager du club de Gelsenkirchen, au lendemain de la plantureuse victoire, 0-4, obtenue en Ligue des Champions à Majorque, sans le concours de notre compatriote, renvoyé au pays.

L'heure de l'apaisement pourrait donc succéder à l'orage de lundi. »Il n'est en aucun cas limogé », a du moins assuré Assauer, «mais seulement libéré de ses obligations ».

Marc Wilmots défend d'ailleurs son protégé. «Cela fait longtemps qu'Emile joue avec une blessure douloureuse, mais il n'osait pas le dire, de peur de passer pour un douillet. Il aurait dû l'avouer plus tôt. Je pense toutefois que cette affaire regrettable constitue avant tout un malentendu. J'espère que cela se terminera bien, et je suis sûr qu'Emile est toujours prêt à se battre pour le club, mais à condition d'être entièrement rétabli. On n'est d'ailleurs pas assez fort pour s'en passer, et j'exhorte dès lors tout le monde à l'aider », a conclu le capitaine des Diables Rouges.

Emile Mpenza compte de son côté revenir au club dès jeudi, et engager le dialogue afin de recoller les morceaux. Il serait prêt à laisser le staff médical de Schalke 04 traiter sa blessure, mais demandera au Docteur De Clerck d'assister à l'entretien. «Je veux guérir le plus vite possible, afin de pouvoir servir mon club en pleine possession de mes moyens », assure-t-il. Rudi Assauer reconnaît à présent de son côté qu'une «infiltration pour jouer à Majorque aurait représenté un risque important »

- Majorque change d'entraîneur -

Le siège éjectable a en revanche fonctionné pour Bernd Krauss (ex-Borussia Mönchengladbach), l'entraîneur allemand du Real Majorque, dont la situation était déjà précaire avant la déroute contre la bande à Wilmots. Le Croate Sergio Kresic lui succèdera, même si cela n'a pas pas encore été officiellement annoncé. Troisième de la Liga à l'issue de la saison passée, le club est aujourd'hui relégable. «L'entraîneur est au moins partiellement responsable de cette situation lamentable », estime le président Mateo Alemany. (BELGA)