A l'issue de cette troisième journée, la situation devrait s'éclaircir dans de nombreux groupes. Si le groupe H, celui des Anderlechtois, reste ouvert, d'autres poules pourraient voir émerger déjà leur(s) favori(s). Pour l'heure, ils sont encore six à pouvoir réaliser la passe de trois victoires de rang : Chelsea, Lyon, Arsenal, le Bayern Munich, Valence et Manchester United. Un sans-faute à la mi-parcours leur assurerait presque leur précieux sésame pour les huitièmes de finale. En revanche, ils sont quatre à ne pas avoir droit à l'erreur dont le club de Vincent Kompany, Hambourg ainsi que l'Inter de Milan, le Levski Sofia et le Dynamo Kiev.

Quartette anglais de choix

Dans le groupe E, Lyon, qui effectue un voyage délicat en Ukraine, a une bonne chance d'effectuer un bond de géant vers une qualification pour les huitièmes de finale. L'obstacle du jour pour les "Gones", le Dynamo Kiev reste sur deux défaites sévères face au Steaua Bucarest (1-4) et contre le Real Madrid (5-1) tandis que les troupes de Gérard Houllier n'ont toujours pas encaissé le moindre but face aux deux mêmes adversaires. Seul ombre au tableau des quintuples champions de France, le rival de Fabien Bartez chez les "Bleus", Grégory Coupet est indisponible à la suite d'une blessure à la main. Le Real Madrid, ressuscité depuis la venue à Bernabeu du Dynamo, doit confirmer en déplacement chez le demi-finaliste de la défunte C3, le Steaua, tombeur du... Standard.

Manchester United, avide de revanche à la suite de son humiliation l'an dernier où le club de Sir Alex Ferguson n'avait même pas atteint la troisième place de son groupe, reçoit dans son antre de modestes Danois, le FC Copenhague. Les "Mancuniens" ont d'ailleurs trouvé leur rythme de croisière et en championnat où ils figurent en tête au côté de Chelsea et en Ligue des champions où ils ont défait le Celtic de justesse avant de défaire sur le fil le Benfica. Même si le spectacle "à l'Anglaise" a laissé place au réalisme "à l'Italienne" dans l'enfer d'Old Trafford, les supporters anglais pourront voir à l'oeuvre le meilleur buteur de la C1, Louis Saha. L'arrivée au premier plan du Français est d'autant plus appréciée que le héros local, Wayne Rooney, est plus discret face aux buts. Acheté 40 millions à Everton en 2004, le prodige anglais n'a marqué qu'un seul but en championnat. "Nous parlons d'un gamin de 20 ans et les gens espèrent que j'annonce qu'il est fini. Tout le monde sait qu'il reviendra à la vie", sélectionnera ce soir. Les Anglais seront attentifs au résultat que forgera le Celtic dans son Celtic Park face au Benfica. Les Ecossais, malchanceux face à Manchester, mais relancés grâce à une courte victoire contre Copenhague voudront confirmer leur bonne forme.

Hambourg, dernière chance

Le football anglais pourrait s'enorgueillir d'avoir quatre clubs en huitièmes de finale. Outre Chelsea, Liverpool et Manchester United, la formation d'Arsène Wenger peut frapper un grand coup en défiant le CSKA Moscou pour conserver son premier rang. Arsenal a débuté son parcours par une victoire probante à Hambourg avant de se défaire à domicile de Porto. Les Moscovites, champions de la Coupe de l'UEFA en 2005, n'ont toujours pas connu la défaite. Ayant contraint au match nul le FC Porto avant de battre le club de Vincent Kompany, Hambourg, par le plus petit écart, le CSKA pourrait se rendre à Arsenal en position de force s'il bat les Anglais lors de la joute initiale. Le duel des mal-lotis opposera au Portugal Porto à Hambourg. Après un début catastrophique tant en "Bundesliga" qu'en C1, les coéquipiers de Kompany doivent se reprendre immédiatement pour maintenir un mince espoir de qualification. La donne est semblable dans le camp adverse.

© La Libre Belgique 2006