Oud Heverlee Louvain et Bjorn Ruytinx ont comparu vendredi devant le comité d'appel de la Commission des litiges de l'Union Belge de football où leur avocat Johnny Maesschalck a une nouvelle fois plaidé l'acquittement. Le joueur avait écopé de quatre matches de suspension et d'une amende de 800 euros à la suite de son comportement "déplacé et incorrect" après son tackle sur Mehdi Carcela (Standard) le 8 décembre lors du match de la 18-ème journée de la Pro League OHL-Standard (0-0).

Pour le Procureur Johan Cambier qui s'exprimait au nom du parquet fédéral, cet appel n'est interjeté que par "pur opportunisme", dans l'espoir d'un allègement de la sanction. Il a fermement soutenu que la peine prononcée était nécéssaire et conforme au règlement.

Johnny Maesschalck a lui souligné qu'il y avait une erreur d'un point de vue chronologique. "La Commission des litiges prétend que Ruytinx est jugé pour des faits postérieurs à la carte jaune", a-t-il en effet plaidé. "Dans ce cas il faudrait en conclure qu'un simple sourire peut engendrer une suspension de quatre matches. Ce qui paraît quand même un peu exagéré, vous ne trouvez pas ? A moins qu'en violation du règlement, ce soit malgré tout la faute sur Carcela qui est punie".

Le joueur n'a fait aucune déclaration à la presse. "Pour le moment", a-t-il précisé. Il a toutefois reconnu à l'audience que son tackle était trop appuyé, ajoutant qu'il lui a d'ailleurs valu une carte jaune et a donc déjà été sanctionné.

Le verdict tombera dans l'après-midi.