Les Brésiliens Ailton, Dede et Leandro devraient donc bientôt signer un contrat avec le Qatar, afin d'aider l'Emirat à se qualifier pour le Mondial 2006 organisé en Allemagne. Une nationalité qui s'acquiert en échange d'argent: c'est la dernière histoire d'un football plus que jamais sport business. Après les Brésilo-Tunisiens Clayton et Santos, qui ont aidé les Aigles de Carthage à remporter la Coupe d'Afrique cette année, c'est donc au tour du Qatar de mettre les pieds dans un plat qui s'annonce bouillant. Une dérive de plus dans ce football dirigé par l'argent, où, quand le talent manque, quelques pétrodollars permettent de s'acheter une équipe nationale capable de remporter une compétition d'envergure mondiale. En arrivera-t-on un jour à voir une équipe nationale dont les joueurs ne sont pas ressortissants du pays, et n'y ont même aucune attache, sauf financières? C'est pour éviter une telle absurdité que la Fifa a décidé de se pencher sur le problème des naturalisations, appelées mercantiles. La Fédération Internationale veut faire respecter l'esprit sportif et propose ainsi qu'un joueur doit avoir résidé dans un pays deux ans avant d'obtenir la nationalité sportive de sa terre d'accueil. Une intention louable, mais qui risque d'être annulée par le président de la Confédération asiatique, le... Qatari Mohamed Bin Hamman. Pour les mercenaires du football, il n'y a décidément plus de devises... sauf l'argent!

© Les Sports 2004