Le coach autrichien Hickersberger avait opté pour une configuration assez offensive. Le message semblait clair: il fallait gagner ce soir! Côté polonais, l'Anderlechtois Wasilewski et l'ancien mauve Zewlakow étaient sur la pelouse au coup d'envoi.

Après quelques minutes d'observation, les Autrichiens prirent le match à leur compte grâce à une hargne positive et un pressing effectué très haut. Coup sur coup, de la 10 à la 15e, Harnik (deux fois) et Leitgeb eurent d'ailleurs le but d'ouverture au bout de la chaussure. Le portier polonais Boruc fut magistral et infranchissable face à ces assauts.

Alors que les Polonais n'avaient quasiment pas mis le "nez à la fenêtre", ils ouvrirent le score à la demie heure contre le cours du jeu et avec un brin de chance via Guerreiro (en position hors-jeu?). Le Brésilien récemment naturalisé polonais fut bien servi par Saganowski. Cette leçon de réalisme signifia une gifle en pleine figure pour des Autrichiens décidement trop naifs.

Profitant de leur courte avance, les Polonais reprirent la 2e mi-temps en se portant davantage vers le but autrichien défendu par Macho. Leurs contres étaient insicifs. Si Boruc fut le héros de la première période, Macho fut celui de la seconde. De la 62e à la 70e, il sortit quatre ballons brûlants de sa cage. Sans cela, le match aurait été plié. L'Autriche n'arrivait plus à se créer de véritables occasions, la défense polonaise se montrant bien moins laxiste.

Les supporters autrichiens voyaient déjà leur équipe sur la route de l'élimination lorsque que le géant Lewandowski fut sanctionné pour un nouveau tirage de maillot dans son rectangle. Résultat? Un penalty autrichien concrétisé par Vastic, 38 ans et 50 sélections, à la 90+2e minute... Voilà de quoi relancer le supense dans ce groupe B!