Pour ce dernier match de la saison, les Hurlus ne sont pas gâtés. Déjà qu'un déplacement au Standard n'est jamais évident à négocier pour les Hennuyers (une seule victoire en dix ans), ils devront se passer, entre autres, de Kevin Hatchi, victime d'une élongation à la cuisse, mais aussi d'Alioune Kebe, la seule solution de rechange offensive sur le banc mouscronnois. De quoi donner quelques cheveux gris à Gil Vandenbrouck. "Un déplacement au Standard, c'est toujours difficile. Cette équipe propose un jeu physique basé sur la force et l'engagement. De plus, depuis l'arrivée de Michel Preud'homme à la tête de l'équipe première, ils ont fait d'énormes progrès sur le plan tactique. Ils sont bien organisés et ne commettent plus les mêmes erreurs que par le passé dans leur reconversion défensive. Sur le plan offensif, ils pratiquent beaucoup avec des longs ballons en direction de De Camargo. Je me méfie beaucoup de cela car dans nos rangs, nous manquons de taille, et cela risque de nous causer pas mal de soucis. Sans parler d'un garçon comme Conceição capable de déposer le ballon sur la tête des attaquants. Voilà le tableau. Pour nous, ce sera donc très difficile et nous devrons monter sur le terrain avec les idées claires et ne pas commencer à jouer en deuxième mi-temps comme ce fut le cas la saison dernière. Ce serait bien pour le groupe de retarder l'échéance le plus longtemps possible dans un gros match comme celui qui nous attend ce soir." Le problème c'est qu'avec le mauvais résultat décroché la semaine dernière à domicile face au Lierse, les Hurlus sont loin d'être en pleine confiance.

© La Libre Belgique 2006