Dimanche soir, après la défaite à Saint-Trond, les Standardmen ont parlé de réaction indispensable. Mais ce n’est pas la première fois qu’ils se disent dans l’obligation de se relancer. Après les succès convaincants contre l’Olympiakos et le Club Bruges, certains joueurs avaient dit que la saison du Standard était enfin lancée. Mais les Rouches sont retombés dans leurs travers avec un désastreux 0 sur 6. Toutes compétitions confondues, cela fait trois défaites consécutives (à Gand, à Arsenal et à Saint-Trond). Cela n’était plus arrivé depuis octobre 2004!

Le Standard pointe à 13 points d’Anderlecht. Le mois qui débute sera décisif: les champions vont jouer sept matches.

Les Rouches commenceront par recevoir le GB, samedi à Sclessin, avant d’accueillir l’AZ, le mercredi 9 décembre en Ligue des Champions.

Scénario catastrophe: ne pas gagner contre le GB, troisième au général, puis perdre le dernier match des poules de la "C1" ruinerait la saison des Liégeois. Ils voulaient limiter la casse avant les play-offs (on serait très loin du compte) et passer l’hiver européen, de préférence en "C1" vu le tirage abordable. Ne plus jouer l’Europe début 2010 inciterait aussi plusieurs joueurs à solliciter un transfert anticipé et fragiliserait la position de Laszlo Bölöni. Déjà en panne de motivation en championnat, les Standardmen auraient du mal à se mobiliser pour la suite de la saison, sachant que même avec la réforme, il faudrait tabler sur un effondrement d’Anderlecht pour encore croire au titre. Defour est attendu comme le messie, mais quand sera-t-il de retour à 100 %? Il sera peut-être déjà trop tard!

Scénario rêvé: la crise pourrait vite s’estomper. Il suffirait d’une victoire contre le GB et, au moins, de ne pas perdre contre l’AZ pour relancer la mécanique. L’objectif prioritaire des six premiers mois serait rempli: le Standard passerait l’hiver européen au chaud, peut-être même en "C1" s’il bat l’AZ et qu’Arsenal gagne à l’Olympiakos. Au lieu de perdre des joueurs en janvier, le club pourrait garder ses joueurs, motivés, et se renforcer. Ajoutons-y le retour de Defour contre Anderlecht mi-janvier et, au passage, une victoire dans le "Clasico", et le Standard pourrait se lancer dans un deuxième tour canon.